Société

Cameroun – Assurance : De mauvaises pratiques dans le secteur

Certains promoteurs interpellent les pouvoirs publics sur les multiples cas de sous tarification.

Le marché de l’assurance au Cameroun fait l’objet de certaines pratiques déloyales. Pendant que certaines compagnies vendent les assurances automobiles aux prix homologués, certains concurrents font subrepticement la sous tarification en vendant à des prix relativement bastout en délivrant les reçus aux prix homologués. Ces « fraudeurs » proposent à leur clientèle le paiement de quatre mois de prime d’assurance au lieu de 12 mois comme prévu par la réglementation en vigueur et fixé par les instances compétentes que sont l’Association des assureurs du Cameroun (Asac), et la tutelle à travers le ministère des Finances représenté par la Direction nationale des assurances (Dna).

Cette situation déplorable instaure un climat délétère, une ambiance de conflit permanent et une concurrence déloyale. Les phénomènes de la fraude sont réguliers dans le secteur de l’assurance à travers notamment la délivrance des fausses attestations. A titre de rappel, l’arrêté Minfi N° 380 du 16 novembre 1994 fixant les tarifs d’assurance de responsabilité civile applicables aux véhicules terrestres à moteur, renseigne sur le minimum de prime à percevoir en fiction de critères tels que : la zone géographique de circulation, l’usage qui en fait, la puissance et l’énergie du véhicule ainsi que le statut socio-professionnel et les caractéristiques du conducteur.

Ces mauvaises pratiques sont perpétrées des agents qui défient les lois et le cadre réglementaire au mépris de la corporation. Face à ses multiples dérives, certains acteurs du marché de l’assurance souhaitent la mise en place d’une stratégie pour assainir leur secteur d’activité
La digitalisation s’impose aujourd’hui et apparait comme l’élément nécessaire qui doit limiter, sinon éradiquer ces mauvaises pratiques : « Nous ne comprenons pas pourquoi des assureurs déclarent quatre mois au lieu de 12. Au niveau des Mutuelles réunies (Lmr), chaque fois que nous sommes informés de cette situation, nous alertons immédiatement les responsables de l’Asac, explique Steve Tchachuang, responsables des Mutuelles réunies (Lmr). Cette compagnie d’assurance a fait constater par le biais d’un huissier de justice il y a quelques jours certaines pratiques déloyales causées par un assureur « véreux ».

« L’action de l’Etat dans le cadre de l’assainissement du secteur est louable et nous ne ménagerons aucun effort pour y prendre activement part chaque fois que nous serons dans la posture de le faire. Au niveau des organismes de gestion du secteur, des actions conjointes permettront une meilleure fluidité de l’information entre les différentes parties », ajoute Steve Tchachaung.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page