Cameroun – Appels de la Lekié Ndong: Soumhet se déchaine contre Eyebe Ayissi

Le secrétaire d’Etat dénonce le refus de collaborer, l’option autocratique et l’usage de cette circonscription comme fonds de commerce politique par le ministre.[pagebreak]Dans la guerre contre Boko Haram, la Lekié n’est plus un long fleuve tranquille. Les vagues suscitées, en sourdine, par « l’appel d’Obala » du 31 août 2014 «contre la secte islamiste et étrangère Boko Haram et ses complices, principalement dans les régions septentrionales du Cameroun », puis par « l’appel citoyen de Monatélé pour un effort de guerre patriotique et volontaire », du 1er février dernier, ont fini par accoucher d’un tsunami.
Dans une correspondance qu’il adresse le 13 février 2015 au ministre délégué à la présidence de la République, chargé du Contrôle supérieur de l’Etat et élite de la Lekié, Henri Eyebe Ayissi (avec copie au président national du Rdpc [Paul Biya], au Sg du comité central du Rdpc, au préfet de la Lekié, aux parlementaires et présidents des bureaux de section Rdpc de la Lekié), le secrétaire d’Etat auprès du Minedub (et non moins élite dudit département), Benoît Ndong Soumhet, porte le fer dans la plaie. Ce qui tranche avec le ton doux de l’objet de la lettre : « mon opinion sur l’activité socio-politique dans la Lekié ces derniers temps ».
Au cours d’une réunion tenue le 19 août 2014, il dit avoir fait connaître à son cher « frère » et « camarade », sa différence de vue sur ses « méthodes de travail qui tendent à ravaler les autres responsables, notables et élites politiques de la Lekié au rang de simples exécutants des stratégies et actions » dont il est le seul concepteur. A en croire Ndong Soumhet, Eyebe Ayissi avait alors «admis devant tous les participants [à cette réunion] la véracité de [ses] propos », avant de concéder « devoir désormais en tenir compte ».
Mais, à l’observation, s’indigne le secrétaire d’Etat auprès du Minedub, « il n’en est rien. Vous persistez dans votre option autocratique, ce qui ne va pas, il faut le dire sans maladresse : revendication de responsabilités politiques non fondée (…), dérives extrémistes dans la formulation de ce qui est censé être la position politique de la Lekié sur certains sujets (…), « effort de guerre politique et volontaire de la Lekié contre Boko Haram » convoqué à la hussarde à Monatélé le 1er février dernier », écrit le conseiller auprès du Sg du comité central du Rdpc.
Ndong Soumhet signale, comme conséquence du manque de concertation, la collecte de « huit misérables petits millions dont une bonne partie sous forme de promesses [dans le cadre de l’opération coup de cœur lancé le 1er février] alors qu’une Lekié concertée, unie et rassemblée pour une cause si noble, peut faire dix fois plus ».
Encore plus corrosif à l’égard de son camarade membre du comité central, le président du groupe communal Rdpc d’Okola déclare que toute « l’agitation, sur fond de narcissisme » d’Eyebe Ayissi « crée un malaise réel que ne peut pas du tout dissiper le recours aux charters d’étudiants appelés à grand renfort depuis Yaoundé, pour donner, à chaque fois, l’impression d’une participation massive » aux différents appels. « Votre refus de collaborer, votre obstination forcenée à vouloir décider de tout, tout seul, non seulement ne sont pas conformes à la philosophie d’action et de fonctionnement du Rdpc, mais aussi et surtout mettent à mal le consensus historique patiemment construit dans la Lekié autour de l’homme du Renouveau », martèle Ndong Soumhet. Qui loue, par ailleurs, le « militantisme débordant » d’Eyebe Ayissi, « depuis on retour aux affaires ».
Le secrétaire d’Etat décide, compte tenu de tous les griefs formulés à l’encontre du Consupe, « de ne prendre désormais part qu’aux seules activités politiques instruites par la hiérarchie du parti et à la préparation desquelles [il] aurait contribué » et aux « actions sociales organisées au nom de la Lekié que pour autant qu’ [il] aurait participé à la phase d’élaboration ». Benoît Ndong Soumhet précise qu’il ne servira jamais de « faire valoir dans une entreprise personnelle où la Lekié, de plus en plus, apparaît comme un fonds de commerce politique ».
Dans l’entourage du ministre Eyebe Ayissi, l’on soutient que celui-ci ne se prêtera pas à cette « querelle de chiffonniers ». Et de poursuivre : « Le contexte au Cameroun est à l’attente d’un remaniement ministériel et à la nomination des chefs de délégations permanentes régionales et départementales du Rdpc. Il est donc compréhensible que certaines personnes choisissent la gesticulation. Beaucoup pensait que le ministre Eyebe s’est suicidé politiquement après « l’appel d’Obala ». L’appel à la collecte de fonds en faveur de nos forces de sécurité et de défense a pris certains, parmi ceux qui se présentent comme ses rivaux, de court. Henri Eyebe Ayissi n’est pas un régent, mais plutôt un rassembleur ».
Dans ce front improbable qui oppose deux « têtes fortes » de la Lekié, dans quel sens ira l’arbitrage de Paul Biya ? Qui aura les faveurs du secrétariat général du comité central, pour qui battra le cœur du président du groupe parlementaire Rdpc, Jean Bernard Ndongo Essomba, lui-même élite de la Lekié et réputé « faiseur de ministres »? Dans un camp, l’on est d’avis que le chef de l’Etat abhorre « le non respect de la hiérarchie » et le fait qu’une lettre, dont la copie lui est destinée, tombe si vite dans l’espace public. Dans l’autre, l’on affirme que la volée de bois vert contre Eyebe Ayissi est partagée par une bonne partie de l’élite du Rdpc au secrétariat général du comité central et à la présidence de la République. Ndong Soumhet ne serait donc que l’homme qui met le feu aux poudres.

L’élite de la Lekié ne se sent plus concernée
… Toute cette agitation, sur fond de narcissisme, crée un malaise réel que ne peut pas du tout dissiper le recours aux charters d’étudiants appelés à grand renfort depuis Yaoundé pour donner, à chaque fois, l’impression d’une participation massive à vos appels, alors qu’en réalité, l’élite ne se sent plus concernée. Votre refus de collaborer, votre obstination forcenée à vouloir décider de tout, tout seul, non seulement ne sont pas conformes à la philosophie d’action et au fonctionnement du Rdpc, mais aussi et surtout mettent à mal le consensus historique patiemment construit dans la Lekié autour de l’homme du Renouveau par ceux-là, c’est-à-dire nous autres ainsi que les générations précédentes, qui avons, à travers des actions marquantes, maintenu la flamme allumée durant la quinzaine d’années pendant laquelle vous vous êtes volontairement placé hors jeu et hors action politiques, après votre première sortie du gouvernement. Votre militantisme débordant depuis votre retour « aux affaires » est louable. Mais j’estime que vous devez respect et considération à ceux là qui, contre vents et marées, sont restés au feu de l’action pendant votre « retraite volontaire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *