Actualité

Cameroun – Abus se**x*uels sur les mineurs : Un rapport accable les violeurs

Présenté le 7 novembre à Yaoundé, le rapport de l??étude sur les discriminations s*e*xistes et les abus s*e*xuels révèle qu??il n??existe pas un endroit où l??enfant est en sécurité contre les agressions s*e*xuelles, car ces violeurs se recrutent dans l??environnement immédiat des enfants.
Sur 153 enfants qui ont déclaré avoir été victimes d??abus s*e*xuels, 116 étaient des filles, soit 75,81%. L??étude révèle que la majorité des victimes sont paradoxalement des élèves. Les auteurs de ces forfaits se recrutent

dans l??environnement immédiat de l??enfant : parents, oncle, tante, cousin, enseignant, voisin, etc.Les discriminations s*e*xistes quant à elles constituent des facteurs de vulnérabilité des victimes. Elles exposent la jeune fille à la déscolarisation ce qui peut compromettre plus tard son insertion socioéconomique.
L??étude avait pour objectif de faire un état des lieux des discriminations s*e*xistes et des abus s*e*xuels sur les enfants. Commandité par le Centre international de promotion de la création (Cipcré), l??étude a permis d??établir l??existence des deux phénomènes dans les trois régions étudiées. Sur le plan démographique, l??échantillon d??enfants interviewés est hétérogène quand on s??intéresse à l??âge, à l??occupation et au niveau d??études des sujets.
Toute fois, il ressort que filles sont plus nombreuses que les garçons. Ce qui ne signifie pas que les abus s*e*xuels ne touchent que les filles. Des adolescents se disent aussi victimes d??abus s*e*xuels soit par des femmes âgés qui leur proposent de l??argent, soit par des hommes pour des relations homos*e*xuels.
L??autre centre d??intérêt c??est la discrimination s*e*xiste. Sur ce volet l??étude révèle une  socialisation différentielle qui s??effectue au détriment de l??émancipation de la fille.L??étude a permis de constater qu??il n??existe pas un endroit où l??enfant est en sécurité contre ces agressions s*e*xuelles : de la famille à l??école en passant par l??environnement dans lequel il vit au quotidien. Les données collectées permettent de dresser un profil de l??enfant victime et un profil de l??agresseur s*e*xuel des enfants. Du coup, l??environnement familial, scolaire et communautaire ne rassure plus.
Les auteurs de l??étude ont formulé des recommandations visant à juguler le phénomène. Parmi les propositions de l??étude, il ressort la nécessiter d??élaborer un dispositif ou un plan national de lutte contre les violences de genre, les discriminations s*e*xistes envers les filles et les abus s*e*xuels sur les enfants, notamment les filles et conduire une ingénierie avec pour but le changement de comportement vis-à-vis de ces menaces.
Mais il est surtout impératif  de s??attaquer aux causes et aux facteurs qui encouragent ou ferment les yeux sur ce phénomène. Il y a notamment le silence complice des familles qui taisent certains abus comme l??inceste, encouragent la discrimination entre filles et garçons qui ne jouissent pas des mêmes avantages. L??étude a été conduite dans les zones de Yaoundé II, Yaoundé V et VI, Bafoussam I, II et III, Foumbot, Foumban, Bamenda, et Boyo.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page