Cameroun – 8 mars 2015: A vos marques, prêtes, célébrez !

Pour célébrer le 8 mars avec faste, les femmes ont prévu des activités connexes pour s’instruire et se divertir.Coincée dans son collant et pieds nus, Yvette est pressée. Elle réajuste son tee-shirt et son sac à main sur l’épaule avant de donner les dernières consignes à ses apprenties. «N’oubliez pas de bien repasser la visiline et les autres morceaux de tissu», lance-t-elle avant de gagner la porte d’un pas alerte. Propriétaire d’un atelier de couture situé en face de la boulangerie Nezafi, à Etoudi (Yaoundé), la trentenaire a gagné un marché de confection des tenues du 8 mars aux femmes des services du Premier ministre.
C’est la deuxième année successive qu’Yvette travaille avec «ces dames». Pour cette édition, la couturière, par ailleurs styliste, a usé de son expertise grâce au crayon et à la gouache pour proposer un modèle à ses clientes. Tout s’est fait rapidement, et elles n’ont pas compliqué. Leur modèle est simple mais beau. «Il s’agit d’une robe haute taille, avec deux volants vers le bas et un mixage avec l’organza, plus le biais», décrit-elle en stoppant le taxi, destination : marché Mokolo. Certainement pour y acheter les derniers accessoires. Tout sourire, la styliste ne s’impatiente pas.

Educatives
Les minutes s’égrènent. Sa montre affiche 10h. Il est un peu tard, pour elle. A cette heure, elle devrait déjà être en train de revenir du marché avec les fermetures et l’organza, qui doivent servir à la confection des dernières tenues qu’elle aurait dû livrer la veille, selon le contrat. Pour coudre les 35 tenues, sur les 200 que doivent arborer les femmes de la Primature, Yvette et ses apprenties ont travaillé pendant 112 heures, du mercredi 25 février au jeudi 5 mars de 7h à 21h, tous les jours hormis les dimanches.
Ce dimanche, par contre, Yvette et ses deux apprenties feront partie des carrés qui défileront au Boulevard du 20 mai à Yaoundé. Comme elles, leurs congénères de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), du Hilton Hotel ou du Sénat (36 femmes, hormis les sénatrices), seront de la fête. Une parade qui aura clôturé une semaine d’activités aux articulations quasiment identiques que celles des années précédentes : causeries éducatives, matches de football, expositions. Un repas sera en outre offert après le défilé. La ripaille achevée, les femmes du Hilton, 60 au total, s’essayeront au karaoké avant la remise des récompenses à celles ayant concocté, entre autres, le meilleur plat de ndolè.

Nadine Ndjomo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *