Cameroun: 6 milliards de FCFA offerts par l’Etat à la française Cimencam !

cimenterie de Nomayos

Le gouvernement camerounais vient de financer à hauteur de près de 6 milliards de FCFA la construction d’une route d’accès à la cimenterie Cimencam située à Nomayos, dans la région du Centre. Un cadeau fait à cette filiale du groupe français LafargeHolcim qui passe mal auprès de l’opinion, alors que les PME camerounaises peinent à obtenir le moindre soutien de l’Etat.

Il s’agit ni plus ni moins que d’une voie express en 2×2 voies sur 5,5 km, comprenant un terre-plein central. Un investissement public présenté par le Ministre des Travaux Publics comme une « stimulation de l’investissement privé » en faveur de la cimenterie Nomayos.

Des citoyens révoltés

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Camerounais expriment pourtant leur incompréhension, voire leur colère, face à un tel cadeau fait à ce fleuron de l’économie coloniale qu’est Cimencam.

« Des routes sont construites aux frais du contribuable camerounais pour permettre à cette entreprise française d’écouler plus facilement sa production et d’augmenter ses profits !« , s’indigne un internaute sur Facebook.

« Pendant ce temps, aucun soutien n’est apporté aux PME camerounaises qui créent de la richesse et des emplois dans notre pays », ajoute un autre commentateur.

Cimencam, un monopole contesté

Pour rappel, Cimencam détient un quasi-monopole sur le marché camerounais du ciment depuis des décennies. Ce qui lui avait permis de pratiquer des prix prohibitifs, grevant le budget construction de nombreux ménages camerounais.

La fin récente de ce monopole avec l’arrivée de nouveaux producteurs comme Dangote avait enfin fait baisser les tarifs du ciment. Mais le coup de pouce apporté par le gouvernement à Cimencam pourrait permettre à cette dernière de regagner des parts de marché face à ses concurrents… au grand dam des consommateurs camerounais !

Bref, un scandale de plus mettant en lumière la mainmise des intérêts français sur les autorités politiques et économiques de notre pays. Et la nécessité vitale pour le Cameroun de s’affranchir de la tutelle de son ancien colonisateur.

Par Arnaud Ngoula, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *