Cameroun: 25 ans de prison confirmés pour l’avocate Lydienne Yen-Eyoum

La Cour suprême du Cameroun a confirmé ce jour la condamnation à 25 ans de prison de l’avocate française d’origine camerounaise Lydienne Yen-Eyoum, condamnée en 2014 à Yaoundé pour détournement de fonds, indique une source judiciaire. Le pourvoi en cassation introduit auprès de la Cour suprême par Maître Yen-Eyoum le 29 septembre 2014 avait été examiné le 28 mai par les magistrats de la section spécialisée de la haute juridiction. Lors de l’audience, le conseilleur-rapporteur (magistrat qui prépare le dossier pour la Cour) s’était prononcé pour le rejet du pourvoi.
Le 26 septembre 2014, le Tribunal criminel spécial (TCS), juridiction spécialisée dans la répression de la grande corruption, avait reconnu Lydienne Yen-Eyoum coupable du détournement de 1,077 milliard de FCFA (1,5 million d’euro) et l’avait condamnée à 25 ans de prison. L’avocate avait attaqué la décision devant la Cour suprême, en dénonçant la violation de plusieurs dispositions légales. Ecrouée depuis janvier 2008, elle a toujours clamé son innocence.
Maître Yen-Eyoum, mandatée par le ministère camerounais des Finances, avait mené en 2004 une opération de recouvrement d’anciennes créances auprès de la SGBC, filiale de la banque française Société générale en contentieux avec l’Etat camerounais. La justice camerounaise lui a reproché d’avoir gardé une partie des fonds recouvrés. Devant la Cour suprême, Maître Yondo Black, l’un des avocats camerounais de la Française, avait accusé cette filiale d’être à l’origine de ses ennuis judiciaires. « L[i]a Société générale est connue dans le monde comme un faussaire, un manipulateur[/i] », a-t-il lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *