Société

Cameroun: 17 personnes enlevées par Boko Haram à Mbreché

Parmi les otages, 4 ont réussi à s’échapper.

21 personnes qui ont été enlevées ce 05 décembre 2019 aux environs de 2h du matin dans la localité de Mbreché par des combattants de Boko Haram lourdement armés. La scène spectaculaire digne d’un film d’action s’est soldée comme à l’accoutumée par des pillages. A leur arrivée, les terroristes se sont scindés en deux groupes, puis ont encerclé cette petite bourgade située non loin de Taher, dans l’arrondissement de Mora. Après avoir lancé l’assaut sur le village, ils ont procédé à la fouille systématique des concessions. Des dizaines des maisons ont ainsi été passées au peigne fin. 21 adolescents âgés de 12 à 21 ans dont 12 garçons et 9 filles seront enlevés.

Le matin à 7h, 4 otages qui ont réussi à échapper sont revenus au village. «C’est aux environs de deux heures du matin qu’ils ont assiégé le village. Ils ont minutieusement fouillé nos maisons et enlevé nos jeunes enfants. Ils nous ont surpris dans notre sommeil. Ils sont entrés dans la chambre de mes deux enfants. Ils ont défoncé la porte de leur chambre et les ont enlevés. Je suis sorti et j’ai voulu m’interposer à leur enlèvement. C’est alors qu’un d’entre eux m’a administré un coup à l’aide de la corse de son fusil et a promis m’abattre si je continuais à m’opposer à eux. C’est ainsi qu’impuissant, je les ai vus partir avec mes deux petits enfants. En partant, ils m’ont confié qu’ils allaient les former et les amener à être des véritables combattants du très haut» déclare Modou Mahamat, habitant de
Mbéréché.

Lire aussi
Cameroun: Une cinquantaine de pêcheurs égorgés par Boko Haram

Les terroristes qui ont assiégé le village pendant plus d’une heure de temps ont mis en déroute les membres du comité de vigilance. «Nous ne pouvions rien faire face à l’arsenal de guerre qu’ils portaient par devers eux. Ils étaient nombreux et lourdement armés. Nous les avons aperçus à la périphérie du village et nous nous sommes cachés. De ma cachette, j’ai joint au téléphone les commandants des différents postes militaires environnants pour les en informer. On espérait qu’ils allaient intervenir et libérer les jeunes enfants qu’ils ont fait otages.
Malheureusement aucun camp n’a effectué une descente dans le village. Ils ont procédé aux tirs de persuasion à partir de leur camp. C’est au petit matin qu’ils sont venus nous prêter main forte en ratissant toutes les brousses qui donnent sur le Nigéria», confie Boukar, un autre membre du comité de vigilance de Mbreché. Après Mbreché, en repliant au Nigeria, les terroristes de Boko Haram ont attaqué le village Taher situé sur leur chemin. Ici, ils ont blessé une fillette et emporté une motocyclette.

L’enlèvement spectaculaire de 21 adolescents est assurément une grosse prise dont peut se réjouir Boko Haram. Régulièrement aux aguets ces trois derniers mois, la nébuleuse d’origine nigériane rode toutes les nuits autour des villages pour attaquer, piller et enlever des personnes. Boko Haram cible principalement les jeunes. Le choix des adolescents n’est pas un fait du hasard. Selon une source sécuritaire, la secte terroriste mise sur les
adolescents pour les former facilement. Pire, il compte utiliser les otages comme kamikazes pour venir commettre des attentats en cette période de fin d’année où des fêtes vont mobiliser des grands attroupements dans les villages.

Lire aussi
Assassinat d'un enseignant par son élève: Voici les condoléances du ministre Nalova Lyonga

Quant aux otages encore introuvables, les autorités indiquent que des mesures sont prises pour les retrouver. «Nous poursuivons les recherches. Nous continuons donc à explorons les traces de Boko Haram espérant pouvoir les rattraper» déclare une autorité. En attendant l’issue heureuse tant attendue, les populations vivent dans la peur, l’anxiété et l’incertitude. Ce d’autant que lors d’une attaque précédente à Zangola située toujours dans l’arrondissement de Mora, Boko Haram a tué trois personnes blessés (Djougoudoum Talaka, Haya Zabga et Lamara Haya) et blessé Hoche Via.

Liste des personnes enlevées

1- Rawa Garaï, 18 ans (garçon)
2- Modou Abakar, 21 ans (garçon)
3- Kellou Abakar, 13 ans (fille)
4- Kaltoum Youssouf, 13 ans (fille)
5- Ana Issou, 13 ans (fille)
6- Anta Mata, 12 ans (fille)
7- Yakoura Aouza, 12 ans (fille)
8- Palta Hassan, 12 ans (fille)
9- Fanne Goudja, 13 ans (fille)
10- Modi Kori Younoussa, 14 ans (garçon)
11- Pana Younousse, 13 ans (fille)
12- Ali Mahamat, 21 ans (garçon)
13- Liman Mohamadou, 12 ans (garçon)
14- Rama Abba Ali, 13 ans (garçon)
15- Mata Madji, 13 ans (garçon)
16- Abba Aissay Kaka, 15 ans (garçon)
17- Blama Ali Modou, 16 ans (garçon)

Les otages qui ont echappés

1 – Palasa Idrissa, 17 ans (garçon)
2- Abba Adoum, 16 ans (garçon)
3- Rawa Modou, 20 ans (garçon)
4- Kaka Ammaye, 13 ans (fille)

Jean Areguema

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer