Société

Au Cameroun… Plus de 450 000 personnes défèquent à l’air libre

Faute de toilettes disponibles sur l’ensemble du territoire national, ces milliers de personnes sont contraintes de satisfaire leurs besoins naturels en plein air ce qui n’est pas sans conséquence néfaste sur l’environnement et la santé des populations.

Le droit à l’eau et le droit à l’assainissement restent les plus grandes privations dont les enfants payent le prix dans le monde. L’épidémie de choléra qui se vit actuellement dans la région du Sud-ouest montre à quel point la situation est insuffisamment adressée malgré le lourd tribut que payent les populations. Les 7 cas de décès enregistrés au courant de cette année auraient par exemple pu être évités si l’assainissement était effectif. Bien que le Cameroun se soit doté d’une stratégie nationale d’élimination de la défécation à l’air libre ainsi que de la stratégie d’assainissement liquide qui sont tous des outils importants pour l’amélioration des conditions d’assainissement, il n’en demeure pas moins que beaucoup restent à faire. A l’occasion de la célébration de la 9e édition de la journée mondiale des toilettes le 19 novembre dernier, Moustapha Harouna, représentant Unicef, a, au cours d’un point de presse organisé à cet effet, profité de l’occasion pour dresser le bilan triste de la situation des toilettes au pays non sans attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité d’agir.

« Plus de 450 mille personnes défèquent encore à l’air libre sur l’ensemble du territoire national et 50% d’école ne disposent pas d’installation et d’assainissement adéquat », a-t-il révélé. Et d’ajouter « à quelques années des échéances des Odd et de la Snd30, il est donc temps de redoubler d’efforts nous tous (Etat, partenaires, secteurs privés, populations, municipalités, etc) » car « l’élimination de la défécation en plein air réduit les maladies dans les maisons et dans les institutions publiques y compris les écoles et les centres de santé ». Une situation trouble alors que l’Odd 6.2 invite les pays à assurer l’accès à l’assainissement et d’hygiène adéquate et équitable pour tous, et mettre fin à la défécation en plein air ; en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles en situation de vulnérabilité.

Construction des blocs latrines

Pour le secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’énergie (Sg/Minee), les démarches entreprises vont permettre de remédier la situation très bientôt. « Une stratégie de marketing de l’assainissement est en élaboration pour faciliter l’accès des ménages aux biens et services d’assainissement autonome. Les lieux publics font l’objet de notre préoccupation également ; un projet est en cours d’élaboration au Minee pour la construction des blocs latrines, des toilettes équipées de poste d’eau dans 360 communes du Cameroun. Le milieu urbain quant à lui vient de bénéficier d’une station de traitement des boues de vidanges sous la conduite de la mairie de la ville de Yaoundé avec l’appui du gouvernement et des partenaires », a indiqué Adolphe Thome Ndjouke. Pour que cela soit effectif, il a lancé un appel à toutes les autres parties prenantes. « La contribution des maires est attendue dans le cadre des plans communaux de développement. Nous invitons aussi les responsables des organisations de la société civile et les associations à poursuivre la sensibilisation de la population », a-t-il précisé. C’est certainement la matérialisation de ces projets qui va permettre à ces 450 000 camerounais d’assouvir leurs besoins naturels dans des toilettes et non plus à l’air libre.

237online.com

Please follow and like us:
8k
fb-share-icon13589
251k
Pin Share20
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Twitter251k
Facebook14k
RSS15k
Follow by Email8k