Politique

Au Cameroun, Maurice Kamto revendique toujours la victoire

Les États-Unis estiment que des irrégularités lors du scrutin présidentiel font douter de la crédibilité de la victoire de Paul Biya.

Le président Paul Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, a été réélu lundi 22 octobre pour un septième mandat avec 71,28 % des suffrages, alors que l’opposant Maurice Kamto, qui arrive deuxième, parle de « faux » chiffres officiels et revendique la victoire.

Les États-Unis ont estimé lundi que des irrégularités lors du scrutin présidentiel au Cameroun faisaient douter de la crédibilité de la victoire de Paul Biya, appelant toutes les parties à régler leurs différends par les voies légales. « Tout en saluant l’amélioration flagrante de la commission électorale camerounaise par rapport aux élections de 2011, il y a eu un certain nombre d’irrégularités avant, pendant et après le vote du 7 octobre », a relevé Heather Nauert, porte-parole du département d’État, dans un communiqué.

« Ces irrégularités ont pu ne pas affecter le résultat final mais ont créé une impression que l’élection n’était pas crédible ou vraiment libre et équitable », a-t-elle poursuivi. « Nous exhortons toutes les parties – y compris le gouvernement – à respecter la règle de droit, à résoudre pacifiquement tout litige à travers les canaux légaux existants et à éviter les discours de haine », a ajouté Heather Nauert.

Vainqueur dans neuf des dix régions du Cameroun selon les résultats donnés par le Conseil constitutionnel, Paul Biya a écrasé ses adversaires avec des scores officiels sans appel : 92,91 % dans le Sud, 89,21 % dans l’Extrême-Nord, 81,62 % dans le Nord. « Nous rejetons solennellement et catégoriquement ces résultats fabriqués et refusons de reconnaître la légitimité du chef de l’Etat », a réagi Maurice Kamto – officiellement deuxième avec 14,23 % des voix – dans deux vidéos, en anglais et en français.

Lire aussi
Cameroun - Régionales 2020: Le désaveu de Cabral Libii

« Fraudes massives »

L’opposant, qui revendique la victoire depuis le lendemain du scrutin, annonce des scores différents : 39,74 % contre 38,47 % pour Paul Biya, selon ses chiffres « consolidés » contenus dans un « document que [nous] mettrons à la disposition du public ». Les avocats de M. Kamto avaient dénoncé des « fraudes massives » et des cas présumés d’irrégularités, preuves à l’appui, la semaine dernière devant le Conseil constitutionnel. « Nous utiliserons tous les moyens de droit pour faire rétablir la vérité des urnes », ajoute M. Kamto.

Pour sa première participation à la présidentielle, Cabral Libii, l’un des plus jeunes candidats, est classé troisième avec 6,28 % des suffrages. Il est suivi respectivement de Joshua Osih (3,35 %), Adamou Ndam Njoya (1,73 %), Garga Haman Adji (1,55 %), Frankline Ndifor (0,67 %), Serge Espoir Matomba et Akere Muna (0,35 %), dont la candidature avait été retirée la veille du scrutin au profit de Maurice Kamto.

Depuis 1982, Paul Biya règne en maître absolu au Cameroun, où il a tout verrouillé pour assurer son maintien à la tête du pays, s’appuyant sur l’administration et sur un parti-État, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) qu’il a créé en 1985. L’annonce des résultats intervient deux semaines après le vote : au Cameroun, le Conseil constitutionnel étudie les recours post-électoraux avant de proclamer les résultats officiels quinze jours après le scrutin. Ils ne peuvent plus alors être contestés.

Lundi matin, un fort déploiement sécuritaire était visible à Yaoundé aux abords de la poste centrale où certains avaient appelé sur les réseaux sociaux à manifester contre l’annonce des résultats. Des camions anti-émeutes, des militaires et des dizaines de policiers étaient stationnés dans le quartier.

Lire aussi
Cameroun: Cabral Libii dénonce les incohérences du budget 2021

Manifestation interdite

Dimanche, une manifestation à Douala, souhaitée par un député de l’opposition pour « dénoncer les fraudes massives et honteuses » qui ont selon lui marqué le scrutin, avait été interdite et empêchée. Une trentaine de personnes ont été arrêtées. « Les personnes qui ont voulu braver [l’interdiction de la marche] ont été interpellées et répondront de leurs actes devant la justice », a indiqué une source administrative. Deux journalistes ont été brièvement interpellés et le député à l’initiative de la marche, Jean-Michel Nintcheu, du Social Democratic Front (SDF), le principal parti d’opposition, a été retenu chez lui par un déploiement policier, selon son parti.

Lundi matin, quand commençait la proclamation des résultats de la présidentielle à Yaoundé, des coups de feu ont été entendus à Buéa, la capitale de la région du Sud-Ouest, frappée depuis un an par un conflit meurtrier entre des séparatistes anglophones et l’armée, ont rapporté des témoins à l’AFP. « On a entendu beaucoup de coups de feu ce matin », a déclaré un habitant de Buéa. Les tirs provenaient des quartiers Mile 16 et Great Soppo, qui ont déjà été le théâtre d’affrontements entre les séparatistes et l’armée dans le passé, selon un autre témoin. Les coups de feu ont ensuite cessé. Une source sécuritaire a démenti à l’AFP que des combats avaient eu lieu dans la ville lundi.

Dans les deux régions anglophones (Sud-Ouest et Nord-Ouest), l’armée avait été déployée en nombre pour combattre des groupes épars de séparatistes qui réclament l’indépendance des régions à majorité anglophone de ce pays majoritairement francophone. Les affrontements entre l’armée et des séparatistes sont devenus quotidiens dans ces deux régions, et ont déjà forcé plus de 300 000 personnes à fuir leur domicile.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page