Next
Sport Pari 1xbet

Cameroun - Concours à la police: Des centaines de fausses pièces détectées

Cameroun - Concours à la police: Des centaines de fausses pièces détectées

Le délégué général à la Sûreté nationale appelle le public à plus de vigilance.

A deux semaines de la date limite de clôture des inscriptions aux concours de la police, des fausses pièces s’amoncellent dans les dossiers de certains candidats. «Des centaines de fiches de renseignement, d’attestations de réussite, des certificats médicaux et d’autres faux documents sont régulièrement détectés lors du dépôt des dossiers ». C’est le contenu d’un communiqué du délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé, rendu public sur le Poste national de la Cameroon radio television (Crtv) vendredi dernier. Selon cette note, lue dans le programme « Canal police », trois faussaires ont déjà été interpellés par les forces de l’ordre à Yaoundé.
Ces derniers étaient installés au lieu-dit Poste centrale. Une perquisition dans leurs domiciles a permis de saisir plusieurs documents administratifs et des cachets contrefaits. Au vu de toutes ces mauvaises pratiques, le Dgsn appelle, une fois de plus, les candidats à plus de

Sport Pari 1xbet
vigilance. Des candidats qui sont de plus en plus la cible des vendeurs d’illusions.
Sur le terrain, un grand nombre de candidats présents à l’Ecole de police ce vendredi 23 janvier 2015 soutiennent avoir été approchés par des personnes qui disaient vouloir leur faciliter la tâche. «Ma camarade et moi avons eu de nombreuses propositions. Ils ont dit qu’ils pouvaient nous fournir certaines pièces rapidement », affirme Albertine Ngote, venue de Douala. « J’ai été tentée d’accepter. Mais, après moult réflexions, j’ai opté pour la procédure légale», confie-t-elle.


Commerce
Devant le portail de l’Ecole nationale supérieure de police, au quartier Tsinga à Yaoundé, des photographes, des vendeurs de fiches de renseignement, des fascicules, etc., proposent leurs services. Lorsqu’un chauffeur de taxi se gare, ceux-ci accourent vers les passagers. On entend ça et là : « Fiches ? Coller photos ? Agrafe ? Signature ? J’ai des connaissances qui peuvent vous aider». Une panoplie de services est ainsi proposée. C’est un véritable lieu de commerce. Il faut débourser 1000 Fcfa pour une fiche. Et pour y coller ou agrafer une photographie, le client doit donner une pièce de 50 Fcfa. Des jeunes, ordinateurs portables en mains, font des inscriptions en ligne, moyennant quelques francs Cfa. Pas toujours à la portée de certains candidats : «Je n’ai pas 1500 francs à te donner », se lamente une candidate en négociation avec un vendeur.
La cour de rassemblement est noire de monde. Les candidats sont alignés selon les catégories : gardiens de la paix, inspecteurs, officiers de police... Sur ces visages, fatigue et inquiétude se confondent. « Je ne veux pas qu’on me renvoie parce que j’ai mal classé les pièces. Ou parce que j’ai de faux documents. Tous les jours les candidats sont renvoyés. Ça fait vraiment peur », lance Blaise Fopa. Les candidats sont motivés par la stabilité professionnelle. «On veut le matricule», ont-ils affirmé.
C’est au cours d’un point de presse donné à Yaoundé en décembre 2014 que le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé, a annoncé le recrutement de 9.400 fonctionnaires entre 2014 et 2015. La police ouvre ainsi ses portes aux jeunes gens aux postes gardiens de la paix, inspecteurs de police, officiers de police et commissaires.

  • 1 commentaires pour cet article
  • Ebai Ndip Irrenaeus
    Ebai Ndip Irrenaeus

    Dear Sir. Please I wish to ask that when is the results of the Dec 2014 recruitment of 760 police inspectors will be publish. Thanks

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de Ebai Ndip Irrenaeus aux administrateurs du site?

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires