Next
Sport Pari 1xbet

Fête de la jeunesse 2018: les élèves ont défilé pour la paix au Cameroun à Limbe

Fête de la jeunesse 2018: les élèves ont défilé pour la paix au Cameroun à Limbe

Les jeunes de Limbe, région du Sud-Ouest Cameroun, en proie à l’insécurité, ont véhiculé des messages appelant à la paix, l’unité nationale et au vivre ensemble.

« Jeunesse, multiculturalisme, paix et unité nationale. » Le thème de cette 52e édition de la fête de la jeunesse est évocateur au regard du contexte actuel au Cameroun. En effet, le Cameroun traverse depuis plus d’un an déjà des tensions dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Tout est parti des revendications des syndicats d’enseignants et d’avocats en vue de l’amélioration de leur statut. Puis, s’en est suivi le mouvement sécessionniste, réfutant le caractère unitaire de l’État du Cameroun.
À date, les conséquences sont énormes. Une vingtaine de soldats en service commandé, assassinée et de nombreux établissements scolaires incendiés. L’arrestation des 47 séparatistes le 29 janvier par la justice camerounaise dont le leader Ayuk Tabe semble avoir envenimé la situation. Car d’autres attaques terroristes se sont multipliées entre temps.


Messages des élèves et autres participants au défilé
Face à ce climat d’insécurité, les jeunes de

Limbe en particulier, unissent leur voix contre la déstabilisation. Ce dimanche 11 février, est une occasion idoine pour condamner toutes formes de violences. À Manga Williams street, Limbe 1, Mokundanga, Limbe 2, ou encore à Mbimbia, Limbe 3, le défilé a drainé une kyrielle d’établissements scolaires. Il y avait aussi des partis politiques, des scouts et autres associations.Messages des élèves et autres participants au défilé
Face à ce climat d’insécurité, les jeunes de Limbe en particulier, unissent leur voix contre la déstabilisation. Ce dimanche 11 février, est une occasion idoine pour condamner toutes formes de violences. À Manga Williams street, Limbe 1, Mokundanga, Limbe 2, ou encore à Mbimbia, Limbe 3, le défilé a drainé une kyrielle d’établissements scolaires. Il y avait aussi des partis politiques, des scouts et autres associations.
Les messages affichés sur leurs pancartes ont un dénominateur commun. Ainsi, l’on pouvait y lire :« Non à la corruption, à la violence, à l’intolérance et toutes formes de discrimination. » Voilà qui traduit leur patriotisme et leur attachement à un Cameroun qui se veut indivisible.
Malgré leur jeune âge, ils comprennent que la défense de la patrie, nécessite la mobilisation de tous les Camerounais.


Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac