Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Grand prix Chantal Biya: Le Cameroun joue collectif :: Cameroon

Grand prix Chantal Biya: Le Cameroun joue collectif :: Cameroon

Après le maillot jaune remporté hier par Yves Ngue Ngock, les coureurs entament la deuxième étape Yaoundé-Ebolowa.

Elles ont attaqué, échappé et ajusté. Les trois équipes camerounaises (sélection nationale, équipe régionale et SNH) en course à la 13e édition du Grand prix cycliste international Chantal Biya, savaient ce qu’elles avaient à faire en prenant le départ hier au Boulevard du 20 mai pour la ville de Bafia (Mbam-et-Inoubou). Il s’agissait de la première étape après le prologue de mercredi. Et cette année, les 11 équipes alignées ont roulé très vite. Au finish, c’est le Cameroun, avec Yves Ngue Ngock de SNH Cameroun qui, comme l’an dernier à la même étape, termine maillot jaune (2h53’30’’) suivi du Français Join Alexandre (2h53’39’’, Sélection Auvergne) et de Hervé Raoul Mba (2h53’39’’, SNH Cameroun). Les meilleurs ont d’ailleurs reçu des présents spéciaux de la marraine de la course, la première dame du Cameroun, Chantal Biya. Le public du Mbam-et-Inoubou a su pour sa part, se montrer chaleureux. A Ombessa, Adamou est venu attendre les équipes. Depuis 5 ans, il suit systématiquement la course. Comme de nombreux habitants du coin, il se souvient de ce sprint piqué par un « Camerounais » l’an dernier, après avoir négocié le virage et la petite côte avant l’arrivée. Ce Camerounais-là, Yves Ngue Ngock, avait fait monter l’adrénaline comme aujourd’hui. Après cette victoire, trois étapes attendent les coureurs à ce Grand prix Chantal Biya. La deuxième étape, aujourd’hui, Yaoundé-Ebolowa (156,6 km, vallonnée dans les 47 premiers kms, plat et faux montant pour le reste du parcours, avec des côtes aux 160°). Suivra alors l’étape Zoétélé-Sangmélima-Meyomessala (143km, vallonnée sur les six derniers kms).On terminera dimanche par un Sangmélima-Yaoundé, l’épreuve la plus longue (169 km, plat et faux montant sur 70 km, quelques côtes). D’ici là, le Cameroun veut renforcer le jeu d’équipe pour terminer au top.

Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac