Next
Sport Pari 1xbet

CAN 2019 - Infrastructures: La Caf demande au Cameroun de rattraper son retard

CAN 2019 - Infrastructures: La Caf demande au Cameroun de rattraper son retard

Ahmad Ahmad a répondu, sans langue de bois, aux questions des médias lors de la conférence de presse qui a suivi la 40e assemblée générale ordinaire, samedi dernier à Casablanca au Maroc.

Des sujets abordés au cours de sa rencontre avec les hommes et femmes de média à Casablanca, l’organisation de la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des nations 2019 a retenu l’attention. Et à ce niveau, le président de la Confédération africaine de football (CAF) n’a pas été tendre avec le Cameroun, désigné en septembre 2014 pays organisateur de la prochaine Can. «Il n’y a pas du tout de polémique sur CAN 2019. Il y a une mission d’inspection et le cabinet Roland Berger qui est en charge d’audit infrastructurel et organisationnel de la Can qui ont fait des inspections sur le terrain. Il y a une différence énorme entre les rapports d’inspection et les cahiers de charge», s’est exprimé face à la presse, le patron du bureau exécutif de la CAF.
Toutefois, Ahmad Ahmad, dont les dernières récentes déclarations cachent mal son envie de retirer la compétition au pays

des Lions indomptables, a lancé un ultimatum. « De ce fait, il a été demandé au Cameroun de rattraper ce retard. Il y a des gens qui sont en train de mentir. Je suis un homme de parole, mon Comité exécutif ne change pas d’un iota. Nous appliquons la réglementation avec toute sa vigueur. Le cahier des charges exige des infrastructures, des hôtels, des stades, des hôpitaux et beaucoup de choses».
Si la sortie médiatique du numéro un de la CAF vient quelque peu freiner l’enthousiasme des autorités camerounaises qui avaient déclaré victoire trop tôt, au lendemain de la tournée des inspecteurs de la CAF et du cabinet d’audit indépendant, Roland Berger du 11 au 23 janvier 2018, estimant que la mission avait marqué son satisfecit à la fin de la visite des sites de Yaoundé, Douala, Limbe, Buea, Bafoussam et Garoua, il reste néanmoins vrai qu’aucune décision scellant la sort du Cameroun ne pourra être prise à la hâte. Du moins, pas avant une ou deux autres visites d’inspection.
En effet, tel qu’il est mentionné dans le document synthèse du cahier de charges, « La CAF a la faculté d’effectuer une ou plusieurs visites d’inspection dans le Pays Hôte. Les dates desdites inspections sont déterminées par la CAF, laquelle en avise préalablement par écrit l’association organisatrice. » La vigilance est donc de mise. Car, à plusieurs reprises, le Malgache Ahmad s’est montré plus que menaçant. Lors d’une visite au Burkina Faso, en août 2017, il déclarait maladroitement que le pays n’était pas prêt. « Même à quatre équipes, le Cameroun n’est pas prêt ! », avait-il indiqué face aux journalistes médusés.
Suscitant ainsi la colère des autorités camerounaises qui surfait encore sur le succès organisationnel de la CAN féminine 2016. Face à la polémique, le Congolais Constant Omari, en sa qualité de 2e vice-président de la CAF, a pris d’assaut les antennes de Radio France internationale (RFI), le 10 août 2017, pour rappeler que l'instance n’avait pas l’intention de retirer la Can 2019 au Cameroun. « ll ne faut pas sortir la phrase de son contexte », lance à RFI dans l’émission Radio Foot International le vice-président de la CAF. Selon Constant Omari, le président Ahmad aurait voulu « donner un coup d’électrochoc ».
D’ailleurs, toujours selon le vice-président, depuis cette déclaration, une centaine de journalistes camerounais ont avancé que les choses commençaient à bouger au Cameroun. Le président de la République a pourtant essayé de clore le débat. Lors de la présentation des voeux de nouvel an à la nation, le 31 décembre 2017, le président de la République s’est dit déterminé à offrir à la jeunesse africaine, une belle fête de football. «Comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental, à l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations (…) Notre pays sera prêt pour cette grande fête de l’amitié. J’en ai pris l’engagement. »
Ce n’est pas la première fois que le chef de l’État se dit décidé à offrir une belle CAN à l’Afrique. Le premier sportif camerounais l’avait déjà martelé le 10 août 2017, dans un discours prononcé à l’occasion de la réception au palais de l’Unité des médaillés des compétitions internationales. «La CAN 2019, c’est déjà demain. Vous avez rendez-vous avec l’Afrique sportive ici même au Cameroun. Et le Cameroun sera prêt le jour dit, j’en prends l’engagement», avait-il martelé.


Jean Robert Fouda

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac