Next

Cameroun - Camtel sévit encore: elle veut 330 milliards pour construire 3000 pylônes

Cameroun - Camtel sévit encore: elle veut 330 milliards pour construire 3000 pylônes

Il faut vraiment être David Nkoto Emane, pour se convaincre que l’on peut se permettre de se présenter devant des investisseurs avec autant désinvolture, une désinvolture qui frise d’ailleurs l’insulte envers toute l’assistance et, plus particulièrement, envers les investisseurs présents, comme envers l’Agence de Promotion des Investissements (API), qui s’est donnée énormément de mal pour organiser un tel forum !

Décidément, le Cameroun, c’est vraiment le Cameroun, et surtout en mal !
Autrement, comment comprendre qu’en dépit de toutes les démonstrations d’ignorance totale du sujet, et d’incompétence écœurante de David Nkoto Emane et sa troupe, rien, mais alors absolument rien ne bouge. Les plus hautes autorités de ce pays seraient totalement hypnotisées, incapables de la moindre réaction, ne serait-ce que pour prendre des mesures conservatoires en vue de sauvegarder ce qui pourrait encore l’être de tous les fonds dilapidés impunément par ces derniers, qu’autant de complaisance, voire de « complicité intellectuelle » ne surprendrait personne. Peut-être finira-t-on un jour par percer le mystère qui entoure le caractère insubmersible du DG de CAMTEL car, dans tout autre pays que le Cameroun, il y a belle lurette qu’il aurait été limogé avec, en prime, un aller simple pour « ngata »... En effet, comment comprendre que, las de dilapider impunément des centaines

de milliards de FCFA d’argent du contribuable, et ce depuis plus de 12 ans, David Nkoto Emane et sa troupe se permettent en plus le luxe de ne plus manquer la moindre occasion de s’illustrer négativement, en s’offrant lamentablement en spectacle et ce, sous le premier prétexte venu. Leurs derniers exploits en date, c’est par exemple cette curieuse interview accordée par son DCM Benjamin Gérard Assouzo’o à la chaîne de TV Canal24 dans laquelle, sous la secrète intention d’attendrir les soutiens haut placés de son patron, en vue de l’attribution totalement indue d’une Licence de téléphonie mobile en technologie 3G/4G-LTE à CAMTEL, il nous a merveilleusement servi toutes sortes d’élucubrations. Et, comme si cela ne suffisait pas, voilà que CAMTEL, encore lui, a en outre l’outrecuidance de se présenter devant de potentiels investisseurs au Cameroon Investment Forum (CIF) et ce, avec un torchon illustrant, à souhait, si besoin en était, que « la troupe est à vraiment l’image de son chef » ! Ainsi, après avoir appris devant le petit écran, médusés, que CAMTEL entendait obtenir de l’Etat une Licence de téléphonie mobile en technologie GSM/3G/4G-LTE, assortie d’un financement de plusieurs milliers de milliards de FCFA totalement économiquement injustifiable, nous en savons maintenant un peu plus sur ce « projet » d’un ridule à vous faire pleurer, avec ce mauvais cinéma gracieusement offert par ses représentants à la dernière session du Cameroon Investment Forum (CIF) qui vient de se tenir dans la ville de Douala. En effet, on apprend ainsi que, pince sans rire, cette entreprise souhaiterait obtenir d’investisseurs en pleine possession de tous leurs esprits, la bagatelle de 280,5 milliards de FCFA (en réalité 284,1 milliards de FCFA, voir ci-dessous), excusez du peu, et ce, pour acquérir 3.000 sites, y construire des pylônes, et y installer équipements d’énergie et de vidéosurveillance, et autres équipements auxiliaires. Chaque site reviendrait ainsi en moyenne à 110 millions de FCFA (y compris « notamment dans les zones reculées et les frontières »), étant entendu que l’apport supposé de CAMTEL dans ce projet serait de 49,5 1|4milliards de FCFA dont la provenance reste à déterminer, si l’on considère que cette entreprise, dont les caisses sont désespérément vides, vient à peine de braquer carrément Orange Cameroun, pour voir payer le 13 ème mois à son personnel, qui était pratiquement sur déjà le pied de guerre, pendant que, parallèlement, le fisc, qui lui réclame 3,6 d’impayés, et à qui « la moutarde monte déjà sérieusement au nez » devant l’insolvabilité chronique de CAMTEL, tentait d’obtenir de Orange que les 1,64 milliards objets dudit litige soient directement versés dans les caisses du trésor public. D’ailleurs, comme le ridicule ne tue pas – et surtout pas à CAMTEL – inutile de s’étonner du fait que, dans ce curieux « projet », il ne soit fait aucune mention des liaisons et autres équipements de transmissions devant assurer l’interconnexion des sites concernés avec le Cœur de Réseau, et encore moins des équipements des BTS 3G/4G-LTE concernées, supposés faire remonter la facture globale à plusieurs milliers de milliards de FCFA ! Comme on peut le constater, pour le déplorer, David Nkoto Emane ne manque pas la moindre occasion de réduire à néant tous les efforts que tente de faire le gouvernement en vue de motiver les investisseurs, entre autres en se présentant à tous les forums organisés dans cette optique avec des projets plus bidon les uns que les autres. L’on se souvient encore de la conférence « Investir au Cameroun, terre d’opportunités » qui s’est tenue du 17 au 18 mai 2016 à Yaoundé, avec son « partenariat » signé avec William F. Clark & Co., supposé apporter des financements en vue de la construction 2.000 pylônes, de la mise en œuvre du projet FTTX ayant pour plan de réalisation de connecter 01 million de ménages et 300 000 entreprises et professionnels en fibre optique, de 02 data centers, ainsi que la construction de 02 tours jumelles de 25 étages chacune au boulevard du 20 mai et ce, pour un financement de 150 milliards de FCFA, ou encore, tout récemment, de l’autre partenariat bidon signé avec le Cabinet Belge IIDG pour financer les mêmes projets, à l’exclusion des 2.000 pylônes...
Et, comme si cela ne suffisait pas, voilà encore ses représentants qui viennent au CIF faire de la diversion à moins, peut-être, que CAMTEL ne veuille construire 3.000 pylônes supplémentaires, en sus des 2.000 dont les financements étaient attendus de William F. Clark & Co., ou alors que ce dernier n’ait pas pu réaliser l’exploit de convaincre des investisseurs en possession de tous leurs esprits de confier leur argent à un dangereux escroc, un dilettante d’une incompétence qui fera date dans l’histoire mondiale des télécommunications...
Pire (ou mieux, c’est selon), il n’est fait mention dans ledit « projet » :
- Ni des centaines de pylônes existants de CAMTEL ;
- Ni des centaines, voire des milliers de pylônes des concurrents qui, soit dit en passant, sont pour la plupart ouverts au partage d’infrastructures ;
- Et encore moins du fait que CAMTEL ait lancé le 21 juin 2016 sur le marché sa nouvelle offre Internet dénommée X-TremNet, qui s’appuie sur son réseau 4G/LTE qui, lui aussi, devrait normalement disposer de plusieurs dizaines de sites, voire de plus d’une centaine de pylônes, pour un résultat totalement insignifiant ;
- Etc.
Encore mieux, CAMTEL qui, soit dit en passant, rappelle lui-même à l’assistance qu’il ne dispose même pas d’une Licence – même si cette dernière, à l’en croire, s’apprêterait à lui être octroyée dans les prochains jours – se permet même le luxe de s’approprier les 49,5 milliards de FCFA censés provenir d’un financement de Bank of China (en réalité 45,9 milliards de FCFA, que nos amis de CAMTEL ne sont même pas fichus de recopier correctement ! – En 2|4effet, le Chef de l’État camerounais, Paul Biya, a signé en juin dernier, un décret habilitant le ministre de l'Économie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire à signer, avec la Bank of China, un accord de prêt commercial d'un montant de 45,9 milliards FCFA destinés au financement de la phase I du projet d'extension au plan national, du système intelligent de vidéosurveillance urbaine), pour mieux embobiner les investisseurs, en prétendant que cette somme astronomique serait sa contribution à lui, « le Promoteur », lui qui ne cesse de se vanter du fait d’avoir réussi l’exploit d’apporter une contribution de 1,5 milliards de FCFA dans le projet de fibre sous-marine SAIL devant relier le Cameroun au Brésil, d’un coût total de près de 300 milliards de FCFA !
Prétendre « détourner » un projet gouvernemental, à savoir les 45,9 milliards FCFA destinés au financement de la phase I du projet d'extension au plan national, du système intelligent de vidéosurveillance urbaine, pour les consacrer comme « Apport du Promoteur » à la construction de 3.000 pylônes, il n’y a que David Nkoto Emane, pour avoir une idée aussi « lumineuse » ! Et, comme pour mieux aiguiser l’appétit des potentiels investisseurs présents à ce forum, CAMTEL leur promet même de « recruter », tenez-vous tranquille, 20 millions d’abonnés et ce, sur une population d’environ 22 à 25 millions d’habitants, une autre façon de leur promettre qu’avec le réseau 3G/4G-LTE qu’il se promet de mettre en œuvre, à coup de milliers de milliards de FCFA, même les bébés disposeront désormais chacun d’un numéro personnel. Rien à voir avec ces fainéants de MTN, Orange et Nexttel qui, mis ensemble, peinent à « recruter » plus de 18 millions d’abonnés depuis bientôt 20 ans...
Et, cerise sur le gâteau, CAMTEL se permet en outre le luxe de leur avouer que « les études techniques et financières sont en cours », alors même que le montant global du financement dudit projet de construction de 3.000 pylônes, à savoir 330 milliards de FCFA lui, est déjà connu, levant ainsi un pan de voile sur la manière avec laquelle les montants de tous ces projets financés par la Exim Bank of China à CAMTEL sont arrêtés, de façon on ne peut plus arbitraire. Voilà dans quelles genres de mains se trouve CAMTEL, l’une des entreprises publiques les plus importantes de notre pays. Cry, the beloved country  Pour finir, il ne serait pas superflu de nous rappeler que, depuis que David Nkoto Emane avait usé de sa « botte secrète », à savoir la corruption, pour obtenir d’une « Agence de Notation fantoche » ivoirienne dénommée Bloomfield, les notes financières « triple A » (AAA) à
court terme, et « triple B » à moyen terme, CAMTEL n’a toujours pas pu obtenir ne serait-ce qu’un simple découvert de quelque Banque que ce soit, et même pas d’une microfinance.
De là à croire qu’un investisseur sérieux serait prêt à accorder du crédit aux balivernes de David Nkoto Emane et sa bande, il y a un fossé que nous nous garderions bien de franchir...
Naturellement, les représentants de CAMTEL à ce forum se sont bien gardés de révéler à l’assistance les résultats de l’audit récemment réalisé par la firme suédoise Cybercom sur la qualité de service des réseaux nationaux de communications électroniques dans lesquels, sur les 706 récriminations faites aux opérateurs MTN, Orange, Nexttel et CAMTEL, au moins 400 à 500 doivent l’incriminer particulièrement. Si ce n’est pas là une manière civilisée de démontrer à la plus haute hiérarchie que trop, c’est trop, alors...
3|4Tout compte fait, CAMTEL vient là, une fois de plus, de manquer une occasion de se taire et, ailleurs qu’au Cameroun, ce serait même une occasion de trop.

Par M. ONDOUA ELLA G.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac