Next

L'économie du Cameroun «montre ses premiers signes de ralentissement» (BAD)

L'économie du Cameroun «montre ses premiers signes de ralentissement» (BAD)

L’économie camerounaise, considérée comme la plus forte et la plus résiliente de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), est en train de montrer « ses premiers signes de ralentissement», selon le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD).

Intitulé : «Perspectives économiques en Afrique (PEA) 2018», le document fait état d’une morosité qui, en 2017, devrait faire baisser le taux de croissance du pays à 3,4% contre 4,7% en 2016 et une moyenne de 5,8% de 2013 à 2015.
En cause, l’organisme panafricain pointe les reports de nouveaux investissements dans l’exploration ou la production de pétrole et de gaz, en raison de la faible remontée des cours, la récession économique au Nigeria voisin, la crise qui s’accentue dans la sous-région ainsi que les perturbations dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Autant de facteurs qui, selon le rapport, ont eu un impact négatif sur la demande intérieure et extérieure.
Abordant le volet de l’endettement, aujourd’hui inférieur au plafond communautaire de 70% du PIB, la BAD estime que le financement des projets d’infrastructures à travers des prêts commerciaux, a induit une forte hausse de la dette

publique à 34,1% du PIB en 2016 contre 15,6% en 2012, le risque de surendettement du Cameroun passant ainsi de «modéré» à «élevé».
«La dette du Cameroun reste soutenable, mais doit être très soigneusement gérée. Les autorités doivent redoubler d’efforts pour élargir la base des recettes non pétrolières et mieux gérer la priorité des dépenses tout en préservant la dépense sociale», analyse la BAD.
Pour maintenir cette soutenabilité, les nouveaux emprunts non concessionnels devraient, selon la BAD, être réservés aux projets présentant un fort impact social ou de croissance, dans les industries et les secteurs affichant un potentiel compétitif manifeste.
La Banque estime également «nécessaire» la mise en place de mesures supplémentaires d’amélioration de la gestion des finances publiques et de la dette, afin de renforcer l’efficacité de la dépense et contrôler les risques budgétaires.
D’autre part, du fait des menaces régionales pour la sécurité que font planer la secte islamiste Boko Haram et les groupes rebelles en Centrafrique, le maintien des dépenses de sécurité, de défense et humanitaires au même niveau que les années précédentes réduit les ressources disponibles pour les dépenses sociales.
En outre, écrit la BAD, malgré la relative stabilité politique dont continue de bénéficier le Cameroun, la poursuite des remous dans sa zone anglophone pourrait limiter les effets de la reprise économique en 2018.
Pour la Banque panafricaine, 2018 et 2019 devraient toutefois connaître des croissances positives respectives de l’ordre de 4,1% et 4,8% grâce à une augmentation des exportations vers l’Union européenne en rapport avec l’Accord de partenariat économique (APE), à une offre accrue d’énergie, au développement de la sylviculture et des chaînes de valeurs agro-industrielles ainsi qu’à la réduction des importations au profit de la production locale.
De même, le programme économique et financier conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (FEC), devrait stabiliser le cadre macroéconomique à moyen terme en même temps que l’investissement public devrait descendre d’environ 8% du produit intérieur brut (PIB) en 2016 à 6,7% en 2017, et 6,6% en 2019.
La BAD prévoit aussi une évolution modérée des recettes de l’État de l’ordre de 16,1% du PIB en 2016 à 17,7% en 2017 et 18,16% en 2019, alors qu’une amélioration de 3,6% du déficit budgétaire est attendue en 2017 contre 6,1% en 2016, pour se maintenir en dessous de 3% en 2018-2019.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac