Next

Crise anglophone : Les réfugiés du Nigeria rejettent la promesse d'aide du gouvernement

Crise anglophone : Les réfugiés du Nigeria rejettent la promesse d'aide du gouvernement

L’Etat du Cameroun a prévu d’attribuer un milliard de Francs CFA pour soutenir les quelques 21 000 Camerounais qui ont fui vers le Nigeria du fait des violences en cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Ceux-ci disent ne rien vouloir recevoir du gouvernement.
Les Camerounais ont saisi la représentation du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr) au Nigeria pour leur signifier leur intention de refuser l’appui qu’envisage de leur fournir leur gouvernement.
Le 20 juin dernier, l’Etat du Cameroun a rendu public son plan d’assistance humanitaire d’urgence pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Celui-ci prévoit un montant d’un milliard de Francs Cfa, pour appuyer les réfugiés camerounais. Il vise particulièrement à répondre aux besoins les plus urgents de 74 994 déplacés internes en équipements de première nécessité, nutrition, abris, santé, éducation, eau-hygiène et assainissement, protection… Pour un montant global de 12 milliards de Francs cfa.
Ceux-ci tiennent les autorités camerounaises pour responsables de la situation dans laquelle ils vivent désormais.
Ils appellent le gouvernement à chercher à résoudre les causes profondes de la crise en cours dans le Nord-Ouest et

Likebets
le Sud-Ouest depuis la fin d’année 2016 ; en lieux et places de la nourriture qu’il se propose de leur fournir sans évaluation préalable des besoins. Non pas qu’ils n’en aient pas besoin. Dans une note décrivant les conditions de vie des réfugiés camerounais, le Hcr fait état d’une population qui « lutte pour survivre« . Ceux-ci faisant face à un accès difficile à l’eau potable, aux articles de secours et à une protection contre le froid, entre autres.
Dans une lettre datant du 29 juin, la communauté de réfugiés camerounais exige la fin des hostilités dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, la libération de tous les détenus anglophones, le retrait des troupes dans la zone anglophone, l’ouverture d’un dialogue, avant toute descente des émissaires du gouvernement camerounais dans les camps où sont réfugiés les Camerounais.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac