Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun: Imbroglio autour des 250 « taxis verified » à Douala

Cameroun: Imbroglio autour des 250 « taxis verified » à Douala

Présentés dimanche dernier, à la place de la Béssekè à Douala, les taxis estampillés « taxi verified » divisent les syndicats des transports qui leur reprochent de ne répondre à aucune règle de conformité.

A deux mois du début de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2016) de football féminin, le torchon brûle entre les syndicats des transports et la Communauté urbaine de Douala. 237online.com L’un reproche à l’autre le non respect des règles établies par le ministère de tutelle et la non implication des syndicats dans le processus de sélection des taxis, tel que commandé par Edgar Alain Mebe Ngo’o. Le défilé motorisé organisé par la Communauté urbaine de Douala, dimanche 18 septembre 2016, a laissé un goût amer aux syndicalistes des transports. « C’était du grand n’importe quoi !», lance Edouard Yetchang, secrétaire général du Regroupement des syndicats des transports urbains et interurbains (RSTUI). Selon ce professionnel, « le délégué du gouvernement et ses copains ont organisé une mascarade pour montrer aux populations de la capitale économique qu’ils travaillent, alors qu’il n’en est rien en réalité », déclare-t-il. Avant de s’interroger :

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
« Sur quelle base et comment s’est réellement fait la sélection des 250 taxis bénéficiant du macaron « taxi verified » ? Qui en sont les propriétaires et les chauffeurs ? » LQE est allé à la rencontre du principal accusé, la CUD, pour tenter d’obtenir des réponses. Mais ici, c’est l’omerta. On fait des promesses de réponses qu’on ne tient pas. Mais les faits sont là. Dans la ville de Douala, il est facile de rencontrer des taxis arborant fièrement le macaron « taxi verified ». De prime abord, ils ne sont pas différents des taxis classiques. Ils sont d’un jaune poussin pour certains et d’un vert fluo pour d’autres. Pas de carrosseries flatteuses. Pour en savoir davantage, LQE a emprunté l’un d’entre eux au quartier Bonanjo. A l’intérieur et à l’arrière du taxi, se trouvaient déjà deux clients. Rien de frappant. Pas de propreté spéciale, ni de confort apparent. Pas d’accueil particulier non plus de la part du chauffeur qui s’est juste contenté de répondre à notre salutation, les yeux rivés sur la chaussée. Après une minute de route, l’on a demandé à écouter la radio. « Mon lecteur ne fonctionne pas ma chérie ! », répond-t-il. Ce chauffeur de taxi, avoue avoir défilé, dimanche dernier, à la place de la Bésséké. Il dit être à jour avec ses papiers (documents officiels). Pour ce qui est de la partie physique de sa voiture, il promet de s’en occuper d’ici peu. Par ailleurs, le macaron « taxi verified » fait des envieux auprès de certains taximen. Jean Louis Fouopong est l’un d’entre eux, il envisage d’aller chercher son macaron avant la fin de la journée. « On m’a dit que c’est gratuit, donc j’irai le chercher. Je ne perds rien », déclare –t-il. Son taxi ressemble pourtant à une épave, tant du point vue interne qu’externe. Mais cet état de choses ne semble pas entamer sa détermination. « J’ai appris que le délai c’est jusqu’à la fin du mois, donc j’ai le temps», ajoute-t-il. A la question de savoir s’il ne faudrait-il pas qu’il fasse des travaux de rénovation avant, le chauffeur de taxi rétorque : « On peut le faire avant comme après. Ça ne dérange pas ! ». 237online.com Une réaction que désapprouve, le président du RSTUI, Edouard Yetchang. « Il faut au préalable s’assurer que votre taxi est d’un jaune « Brasseries », que votre carrosserie n’est pas amochée, la tapisserie sur les sièges doit être impeccable et être à jour dans toutes vos pièces. Le vignette unique, l’assurance, la vignette automobile, les visites techniques et la carte bleue », explique-t-il. Avant de conclure: « Pas des tombeaux blanchis que nous avons vus défiler à la place de la Béssékè, dimanche dernier ».

Ruth Estelle Belinga

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac