Next

Cameroun - Diaspora: Hommage à Charles Ateba Eyene :: Cameroon

Cameroun - Diaspora: Hommage à Charles Ateba Eyene :: Cameroon

Le Cameroun a perdu l´un de ses personnages les plus énigmatiques de ces trois décennies. La communauté camerounaise de Dortmund, Essen, Bochum, Gelsenkirchen, Düsseldorf, Mannheim, Francfort, Nürenberg et Berlin a appris avec tristesse, la mort de celui qui envisageait la visiter mi-mai 2014.

Ateba Eyene n´avait pas la langue de bois, il jetait l´anathème sur les inégalités sociales, l´homosexualité, mais aussi la corruption qui selon lui, existerait même dans les hautes sphères de l´appareil étatique.
Dans l´un de ses 25 ouvrages, il démontra de manière exhaustive, que les pratiques occultes (avec extirpation des organes génitaux) est une réalité au Cameroun.
Il s´exclama aussi plusieurs fois sur le nombre des bars de Yaoundé, et s´inquiéta plusieurs fois du fait qu´un pays comme le Cameroun soit le premier consommateur du liquide pétilleux de la champagne.
Ateba nous restera aussi grave dans la mémoire, comme le seul universitaire à avoir exhibé ses parchemins sur un plateau de télévision camerounaise.
A le voir critiquer certains membres influents et puissants de son parti politique, le RDPC, on avait des frissons. D´où lui venait ce courage?

Ateba n´était ni narciste, ni populiste

/> Je me rappelle dune émission avec le journaliste camerounais Thierry Ngongang, qui devait s´excuser auprès des milliers de téléspectateurs, qui attendaient avec impatience, après minuit, une émission avec Ateba, annoncée pourtant deux heures auparavant.

Quand Ateba passait à la télé, les gens ne dormaient pas. Ateba tu n´es pas mort pour rien.
Ateba Eyene devrait retrouver sa place dans "le Panthéon camerounais" comme le propose le père du foyisme politique Olivier Anicet, Bilé.

Ateba tu es mort, mais tu continues à vivre dans nos cœurs.

Correspondance particulière : Dr. Jean-Auguste, Njengue
Médecin spécialiste
Francfort / Allemagne

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page