Next

Cameroun - Gestion des déchets: le tout n'est pas de ramasser

Cameroun - Gestion des déchets: le tout n'est pas de ramasser

La problématique du traitement débattue pendant deux jours la semaine dernière lors des 7e Journées du Développement durable de Douala.

Quelles pistes envisager pour relever les défis de la gestion durable des déchets ? Question au centre des préoccupations et des concertations des participants à la 7e édition des Journées du Développement Durable (Jdd) de Douala. Un évènement organisé les 20 et 21 juin 2018 à la Salle des fêtes d’Akwa par la Communauté urbaine de Douala (Cud) sous le thème « La gestion durable des déchets solides dans la ville de Douala. »
Ainsi, comme l’a expliqué Jean Yango, directeur des Etudes, de la Planification, des Investissements et du Développement durable (Depidd) à la Cud, « au-delà de la question de la salubrité, les déchets peuvent produire des richesses ». C’est dans ce sens qu’il a évoqué le concept d’économie circulaire, qui fait intervenir l’aspect traitement du déchet avec la mise en place d’une politique industrielle du recyclage.
Et ce futur où l’ordure devient ressource fait partie justement des

objectifs de ces Jdd 2018. Il était en effet question entre autres, rappel de Julienne Maneteu, chef de département Environnement et Développement durable, « de captiver les nouvelles initiatives tendant à la promotion des métiers du développement durable, à la valorisation des déchets et à la création d’emplois. »
Et pour Fritz Ntonè Ntonè, délégué du gouvernement auprès de la Cud, il s’agit, à travers l’évènement, d’intéresser les habitants de Douala à la question de la gestion durable de leurs ordures, surtout qu’un sujet comme l’enlèvement des déchets ménagers est d’actualité dans nos grandes villes, Douala en particulier.
« Ces débats vont sortir du cadre même de ces journées pour aller satisfaire une préoccupation : celle d’expliquer à nos concitoyens pourquoi les déchets ne sont plus ramassés comme d’habitude », a-t-il reconnu. Fritz Ntonè Ntonè ajoute :
« Il est donc nécessaire d’actionner d’autres mécanismes innovants de financement de nos activités à la lumière de la réglementation en vigueur. » Et c’est là qu’intervient la Société métropolitaine d’Investissement de Douala.
Les Jdd 2018, auxquelles prenaient part, outre la population, universitaires, investisseurs privés, organismes de développement, etc. ont aussi été l’occasion pour la Cud de rappeler son agenda.
Notamment l’élaboration du Schéma Directeur des Déchets Solides ; l’aménagement d’un centre d’enfouissement technique pour ordures ménagères à Ngombè, site qui abritera aussi une usine de traitement des déchets industriels et une station d’apurement des boues de vidange ; le démarrage imminent du projet « Douala, ville durable : aménagement durable et valorisation du site de Makèpè Missokè. »


Rita DIBA

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac