Next

Cameroun : Ces goulots d'étranglements qui freinent la réalisation des Autoroutes

Cameroun : Ces goulots d'étranglements qui freinent la réalisation des Autoroutes

Aussi bien des problèmes administratifs que de liquidités sont à l’origine du ralentissement des travaux sur ces infrastructures.

Le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi, a présidé une concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par la réalisation de nombreux projets routiers en cours au Cameroun. La réunion qui a eu lieu ce 20 février dans les services du ministre à Yaoundé, a placé autour d’une même table, ses principaux collaborateurs, les ingénieurs des marchés, les entreprises des travaux ainsi que les chefs de mission de contrôle.
Tous chargés de présenter l’état d’exécution des 44 projets emblématiques dont ils ont la charge. Et surtout de relever les difficultés éventuelles susceptibles d’entraver l’atteinte des objectifs escomptés. Au cours de cette session, une emphase a été mise sur les sections autoroutières, les nationales en travaux, les projets routiers du Plan d’urgence triennal et le projet de construction des ponts métalliques. S’agissant des sections autoroutières, les autoroutes Yaoundé-Douala (phase 1) et Kribi-Lolabé ont retenu une attention particulière.


Dotation

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
spéciale
Pour le premier projet cité, dont le linéaire s’étend sur 60 kilomètres (km), l’on apprend que le niveau de réalisation est de 63,5%. Une avancée notoire par rapport aux 40% pointés en juillet 2017 lorsque le Mintp recevait le Vice-président de l’entreprise China first highway engineering Co Ltd (Cfhec) en charge de la réalisation de l’autoroute Yaoundé- Douala. Les plus de 25% de travaux qu’il reste à faire doivent se réaliser d’ici le 12 octobre 2018, date prévisionnelle de fin des travaux. Or, l’entreprise Cfhec doit encore attendre que des contraintes soient levées. Notamment, le Décret d’expropriation entre les Pk 40 et 60.
Aussi, la satisfaction des besoins de 40 milliards exprimée pour achever les travaux de la phase 1 et de 108 milliards Fcfa pour rendre la phase 1 opérationnelle. Le ministre Nganou Djoumessi a rassuré l’entreprise chinoise que « leurs comptes ont été approvisionnés depuis vendredi (16 février 2018, Ndlr) et qu’il faut vérifier les mouvements de ces comptes. C’est un financement spécial du Président de la République qui a été mis à disposition pour ces travaux ».


Nouveau planning
Pour ce qui est du linéaire Kribi-Lolabé, long de 38,5 km, l’on a appris au cours de la réunion d’hier que le niveau de réalisation se situe à 77 %. La date de fin prévisionnelle, elle, est fixée au 30 juin 2018. Ici, la Contrainte à lever est de finaliser la procédure de migration du contrat actuel Epc (Etudes-construction) en mode Partenariat public-privé (Ppp). Le patron des Travaux publics, a souhaité auprès des entreprises concernées par la construction de ces autoroutes qu’un nouveau planning d’accélération des travaux lui soit communiqué. Démarré le 1er janvier 2015, le linéaire Kribi-Lolabé est réalisée par le chinois China habour engineering company Ltd (Chec) pour un coût global officiellement estimé à 250 milliards de francs Cfa. Elle est financée à 86% par Exim Bank of China, et à 15% par l’Etat du Cameroun. Selon les projections du gouvernement, l’autoroute Kribi- Lolabé (2x2 voies extensibles au Tpc en 2x3 voies pour une vitesse de référence de 110 km/h) rejoindra plus tard l’autoroute Edéa-Kribi qui permettra de rallier aisément le port en eau profonde de Kribi à partir de Douala, la capitale économique du pays.


Achille KAMGA

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac