Next

Cameroun: Le spécial BAC vire au Drame à Sangmélima

Cameroun: Le spécial BAC vire au Drame à Sangmélima

Dans cet arrondissement du département du Dja et Lobo dans le Sud Cameroun, une jeune de 18 ans a été retrouvée morte dans la matinée du 3 juin 2018.

Élève en classe de Terminale au lycée classique et moderne, Samira Abenkou est sortie le samedi 2 juin 2018 pour faire la fête après son examen.
La nouvelle défraie la chronique dans la petite ville de Sangmélima et inonde actuellement les réseaux sociaux. Sortie le samedi 2 juin 2018 pour s’amuser après son examen de baccalauréat, Samira Abenkou est retrouvée morte un jour plus tard. C’est-à-dire dans la matinée du dimanche 3 juin. Ce sont des jeunes venus jouer au football qui feront la découverte macabre. Le corps sans vie d’une jeune abandonné derrière les goals du stade.
Après identification par les forces de l’ordre, il s’agit bel et bien de la nommée Samira Abenkou, élève en classe de Terminale au lycée classique et moderne de Sangmélima. Le médecin légiste a confirmé que la jeune fille de 18 ans a été violée par son bourreau avant que ce dernier

ne lui ôte la vie. Ce crime est commis un jour avant la célébration le 04 juin de la journée Internationale des enfants victimes innocentes d’agression.


Alcool, drogue et dérives sexuelles
De plus en plus, des dérives sont observées après les examens officiels. Des jeunes, comme s’ils passaient leurs ultimes moments sur terre, se livrent à toutes sortes d’excès. Alcool, drogue et dérives sexuelles sont leurs menus de prédilection. Les moins nantis sont parfois pris dans le piège des « enfants de parents bien ». Après avoir été voracement bourrés de liqueurs et de drogue en tout genre, ils sont désespérément abandonnés à des heures tardives dans des carrefours ou aux entrées de quartiers populeux, se faisant ainsi surprendre par des rapaces et autres prédateurs qui rodent tard dans la nuit à la recherche des proies faciles.
D’aucuns, sous l’effet de l’alcool ou de la drogue, sont parfois contre leur gré victimes des pratiques contre nature. Au lieu d’être un instant de « folie » ou de délire, l’après examen, devrait être une période d’attente des résultats et de méditation pour le choix de vie future.


Jenner ONANA

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac