Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun: le directeur général d'EDC, Théodore Nsangou sommé de s'expliquer sur sa mauvaise gestion

Cameroun: le directeur général d'EDC, Théodore Nsangou sommé de s'expliquer sur sa mauvaise gestion

Le ministre de l’Eau et de l’énergie a adressé le 14 mai une demande d’explication au directeur général d’Electricity Development Corporation, l’entreprise publique qui opère dans le secteur de l’électricité.

Ce dernier doit notamment répondre de faits de malversations financières.
Plus rien ne va à Electricity Development Corporation (EDC), l’entreprise publique qui opère dans le secteur de l’électricité au Cameroun. Entre mauvaise gestion, malversations diverses et grogne des salariés, la société est au bord de l’implosion.
C’est dans ce contexte que le ministre de l’Eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba, a adressé une demande d’explication au directeur général d’EDC le 14 mai 2018. Dans cette correspondance qui a fuité dans la presse, le ministre enjoint Théodore Nsangou de lui fournir un «rapport circonstancié» sur six faits marquants.
Le premier d’entre eux est «la situation critique» du barrage hydroélectrique de Lom Pangar, dans la région de l’Est. Ce projet de barrage-réservoir constitue la pièce maîtresse de la stratégie du gouvernement camerounais pour assurer, à moyen et long termes, l’approvisionnement en électricité du pays à moindre coût.
Le deuxième fait

consiste en la situation sociale tendue au sein de l’entreprise. Le 12 mars dernier, le Syndicat des travailleurs du secteur de développement des ouvrages de production, de transport et de régulation de l’électricité (SYNTDOPTRE), a adressé un «préavis de grève sous huitaine» au DG, à la tête de l’entreprise depuis 2009. Le syndicat dénonçait notamment le gel des avancements, les retenues sur salaire ou encore l’absence de prise en charge des malades.
Le troisième point sur lequel doit s’expliquer le DG d’EDC porte sur «la mauvaise gestion comptable, financière et budgétaire» pour l’exercice 2015-2016.
«Le détournement du patrimoine de l’entreprise» avec notamment la vente frauduleuse des véhicules du projet de Lom Pangar, «la gestion des faux diplômes» et «les faux marchés» passés lors de la pose de la première pierre du barrage par le chef de l’Etat en 2012 sont également les autres faits sur lesquels le ministre en charge de l’Eau et de l’énergie attend des éclaircissements.
Pour rappel, EDC est une société à capital public créée par décret le 29 novembre 2006, avec l’Etat comme actionnaire unique. Sur le plan statutaire, ses missions sont la gestion, pour le compte de l’Etat, du patrimoine public, l’étude, la préparation ou la réalisation de tout projet d’infrastructure qui lui est confié par l’Etat, ainsi que la participation à la promotion et au développement des investissements publics et privés dans le secteur de l’électricité.


Tricia Bell, Le 360.ma

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac