Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Enseignements secondaires : Le paiement électronique à problème de Nalova

Cameroun - Enseignements secondaires : Le paiement électronique à problème de Nalova

La ministre vient de signer un protocole avec les opérateurs du Mobile Money. à rebours du décret fixant les attributions des intendants.

Le 1er juin dernier, l’hôtel Hilton de Yaoundé a abrité la cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente entre le ministère des Enseignements secondaires (Minesec) et les opérateurs de transfert électronique d’argent. C’est-à-dire Orange Cameroun, Mobile Telecomunications Network (Mtn), Express Union, et la Cameroon Postal Services (Campost). Selon ce mémorandum d’entente, les frais de scolarité, ceux des examens, concours et Association des parents d’élèves (Apee) seront payés, à partir de l’année scolaire 2018-2019, par le biais de ces entreprises qui offrent déjà des prestations du Mobile Money. Au moyen de cette formule, Mme Nalova Lyonga, en charge de ce département ministériel, souhaiterait, désormais, implémenter la vision d’une «école propre».
Autrement dit, du point de vue financier, tout doit être fluide, limpide, net et clair. «Je pense que les parents font de leur mieux pour obtenir cet argent. Il doit donc être sécurisé. Et ce que nous faisons, c’est de mettre en

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
oeuvre un système qui donne du fil à retordre à ceux qui auraient des intentions de détournement», rassure-t-elle. Mais à l’examen, cette «procédure de paiement Nalova», puisqu’il faut bien l’appeler ainsi, présente des incongruités.
L’esprit du mémorandum signé le 1er juin dernier, viole certaines dispositions du décret du 19 février 2001 portant organisation des établissements scolaires publics et fixant les attributions des responsables de l’administration scolaire. Notamment en matière de gestion financière cadre réservé aux intendants. A ce jour, aucune disposition contraire du président de la République n’est venue abroger celles du décret suscité notamment l’article 39 sur les attributions de l’intendant.


Gisèle Lékini

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac