Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Crise anglophone : attaque à la brigade de Babadjou

Cameroun - Crise anglophone : attaque à la brigade de Babadjou

L’hypothèse d’une incursion des sécessionnistes est évoquée, mais reste à confirmer.

C’est dans la nuit du 26 au 27 juin 2018 que des individus non identifiés ont débarqué au poste de gendarmerie de Babadjou (région de l’Ouest du Cameroun), où s’est déroulée une attaque, aujourd’hui attribuée aux sécessionnistes. Selon des informations relayées par le quotidien Le jour du jeudi 28 juin, trois assaillants sont arrivés aux alentours de 21 heures sur une moto.
Ils ont tout d’abord forcé la porte arrière du poste en vain, avant de se rabattre sur la porte principale. Seulement, la gendarme de garde, qui avait senti cette présence étrangère, avait déjà lancé une alerte, ce qui a amené ces visiteurs à ouvrir le feu. Du renfort est arrivé peu après, pour contraindre les assaillants à prendre la fuite. Le journal indique également que les forces de l’ordre ont organisé une battue dans la matinée du 27 juin. Les recherches se sont poursuivies hier dans toute

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
la ville de Babadjou pour mettre la main sur les auteurs de cette attaque.
L’attaque perpétrée contre la brigade de gendarmerie de Babadjou intervient trois mois seulement après qu’une rumeur a annoncé l’entrée imminente de sécessionnistes dans la région de l’Ouest. Cette rumeur avait notamment circulé dans l’arrondissement de Fongo Tongo, au point où le sous-préfet a été obligé de publier un communiqué pour calmer la population.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac