Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Choléra: la riposte est assurée

Cameroun - Choléra: la riposte est assurée

Plusieurs dispositions ont été prises par le ministère de la Santé publique pour stopper la propagation de la maladie sur l’étendue du territoire.

Le choléra a fait un passage éclair dans la ville de Yaoundé la semaine dernière. Heureusement, les responsables de la Santé publique ont pris le taureau par les cornes pour maîtriser la situation. La présence de la maladie n’était pas sans conséquence, car elle a malheureusement emporté dame Pauline Abeng, 50 ans. Cette dernière est passée de vie à trépas après quelques jours d’hospitalisation à l’hôpital Jamot.
Selon le rapport du corps médical, la dame s’est présentée à l’hôpital le 11 juillet pour diarrhée et vomissement multi-épisodique, évoluant depuis quatre jours avant la consultation.
Ceci après avoir consommé un plat d’ « Okok ». Les responsables de l’Hôpital Jamot suspectant un cas de choléra, l’ont placée sous soins intensifs en isolement, jusqu’à son décès. Dans la famille de la patiente, qui compte sept personnes, cinq membres ont présenté les mêmes signes que la défunte pendant deux jours.
La présence du

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
choléra étant confirmée, le Dr. Alain Georges Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie au ministère de la Santé publique, explique que toutes les dispositions ont été prises pour éviter la propagation de la maladie.
Notamment, les autres membres de la famille de la défunte et les 16 personnels soignants, qui sont entrés en contact avec la patiente ont reçu un traitement approprié. C’est-à-dire, des doses de cimioprophylaxie à la Doxycycline. Après le décès de la patiente, la salle d’isolement, le lit et le matériel ont été désinfectés, d’autres objets brûlés.
Malheureusement, le taxi qui a transporté la malade de son lieu de résidence : Nkol-Eton, pour la structure sanitaire n’a pas été retrouvé. Aussi, le ministre de la Santé publique à travers un communiqué invite-t-il les uns et autres à plus de précautions minimales d’hygiène, telles que se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon surtout avant et après les repas et le retour des toilettes.
Faire bouillir l’eau de boisson avant toute consommation, et aussi laver les aliments et les consommer bien cuits à point. Laisser les soins funéraires aux professionnels. Concernant la prise en charge des malades, le Minsanté rappelle qu’elle est gratuite. C’est depuis le mois de mai que le choléra est présent dans la région du Nord.


Carine TSIELE

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac