Next

Cameroun: Baba Danpullo impliqué dans un litige foncier à Yaoundé

Cameroun: Baba Danpullo impliqué dans un litige foncier à Yaoundé

La famille Mboune accuse le milliardaire de vouloir s’accaparer une partie de ses terres au quartier Briqueterie.

Planches, débris de terre et autres matériaux. C’est ce qui reste des trois maisons construites en matériaux provisoires au lieu-dit «Nouvelle-route Briqueterie » à Yaoundé. Lesdites maisons ont été rasées par l’homme d’affaires Baba Danpullo, dans le but d’entreprendre des travaux sur le site qu’il a acquis depuis plus d’une trentaine d’années. Sur la clôture en planches qui entoure le chantier du côté de la route, une autorisation de permis de bâtir est greffée. Tout autour, ce sont des amas de sable et de gravier.
Sauf que, depuis plus de deux mois que ces matériaux y ont été déversés, les travaux tardent à avancer. «Baba Danpullo dit que nous avons empiété sur une partie de son terrain. Comment comprendre que nos parents ont construit ici dans les années 40 et Baba Danpullo qui est arrivé après plus d’une dizaine d’années vienne aujourd’hui dire que nous avons impiété sur une partie

de son terrain», s’interroge Pascal Mboune, représentant de la famille Mboune.
Avant de poursuivre : «Il a pourtant acquis ses terres avant la construction de la route. Étant donné que celle-ci a empiété sur une partie de ses terres, il veut la récupérer sur la nôtre, qui a une superficie de 321 m2. Il veut user de la justice pour nous faire partir d’ici. Il nous a d’ailleurs fait convoquer à la direction de la Police judiciaire (Dpj) à ce sujet, et ceci après trois sommations de libérer».
«Notre client possède un titre foncier de 520 m2. Il leur a demandé de libérer parce que nos bornes sont enterrées dans leur maison. Nous voulons juste exploiter notre parcelle jusqu’au niveau des bornes», explique Me Aggée Mbanzehe, conseil de Baba Danpullo. «Face à leur opposition au début des travaux, nous avons saisi le procureur de la République qui a coté le dossier à la Dpj. Nous avons déboursé 300 000 Fcfa pour que la Dpj fasse descendre un géomètre neutre sur le terrain. C’est ce dernier qui a constaté que la famille Mboune occupe 127 m2 de nos terres et a implanté les bornes à la limite de notre terrain», poursuit Me Aggée Mbanzehe.
Par ailleurs, la famille Mboune qui a également requis un huissier et intenté une action en justice affirme ne plus être en sécurité. «Nous avons reçu des individus qui se sont présentés au nom de Baba Danpullo. Ils ont cassé un mur d’une de nos chambres et y ont implanté une borne. Depuis lors, nous sommes en insécurité. Les gens viennent tout le temps nous agresser. Dans la plainte que nous avons déposée, nous avons d’ailleurs joint la facture du téléviseur écran plasma qui nous a été volé après les casses», indique Esther Mboune, l’épouse de Pascal Mboune.
Samedi 24 mars dernier, le conseil de Baba Danpullo s’est rendu sur le site avec l’intention de détruire la parcelle de terre occupée par la famille Mboune. Mais cela n’a pas été possible, à cause de la résistance farouche de la famille. «Dans quel pays on vient détruire les gens le samedi ? Quand ils programmaient cette descente sur le terrain, ils savaient qu’il n’y a personne à la maison, puisque c’est un samedi. Fort heureusement, mon épouse était là. À leur arrivée, elle m’a seulement alerté, mais également la presse. Tout en sachant qu’ils vont revenir, je reste convaincu qu’ils n’ont pas osé casser parce qu’elle a alerté la presse», conclut Pascal Mboune.


Josiane Afom

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac