Next
Sport Pari 1xbet

Guerre contre Boko Haram: L'Onu félicite le Cameroun

Guerre contre Boko Haram: L'Onu félicite le Cameroun

l'organisation des nations unies salue la bravoure de notre armée face aux nouvelles agressions perpétrées par Boko Haram le 28 décembre dernier.

ans la nuit du 27 au 28 décembre, le camp militaire d'Achigachia, une localité située dans le département du Mayo-Tsanaga, dans la région l'Extrême Nord du Cameroun a été attaqué par Boko Haram.
Lors de cet assaut, les forces armées camerounaises ont réussi à dompter la menace et reprendre possession dudit camp. Dans une correspondance adressée à l’Etat camerounais le 31 décembre dernier, le chef du bureau régional de l’Onu pour l'Afrique centrale (Unoca), Abdoulaye Bathily rend hommage aux soldats camerounais qui ont trouvé la mort. M. Bathily félicite le gouvernement camerounais pour « le dispositif important mobilisé pour lutter contre Boko Haram, y compris des moyens aériens », écrit le représentant de Ban Ki Moon en Afrique centrale.
Par ailleurs, « j’encourage la communauté internationale à soutenir ces efforts afin d'aider le pays à renforcer ses outils de prévention et la sécurisation de ses frontières, particulièrement en ce moment

où les assaillants multiplient des tactiques et usent des engins explosifs pour mener leurs opérations. Malgré sa détermination, le Cameroun ne peut pas tenir tout seul dans cette guerre asymétrique contre les terroristes de Boko Haram », explique M. Bathily, renouvelant son appel à la cessation immédiate des activités de cette secte islamiste dont il condamne les actes criminels.
Le 10 décembre dernier, le chef de l'Unoca avait alerté le Conseil de sécurité de l’Onu sur la situation critique sur le terrain, en se basant, entre autres, sur les résultats de la mission d'évaluation envoyée en octobre 2014 au Cameroun. « Ce qui se passe dans l'Extrême-Nord du Cameroun est inacceptable », résume M. Bathily. Il rappelle en effet qu'au-delà de l'impact sur les droits de l'homme ainsi que sur le plan politique, sécuritaire et humanitaire, les attaques récurrentes de Boko Haram ont des conséquences psychologiques et socio-économiques dont la gravité est inquiétante. Plusieurs écoles n'ont pas pu ouvrir lors de la rentrée scolaire en septembre 2014. De plus, le tourisme est au point mort tout comme les échanges économiques. « Nous devons agir rapidement », conclut M. Bathily, insistant sur l'importance de la coopération régionale. Un message à l’attention du
Nigéria et du Tchad pour ne citer que ceux-ci.

E.E.M

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac