Next

Cameroun - Portrait - Ce qu'il faut savoir sur Laurent Esso

Cameroun - Portrait - Ce qu'il faut savoir sur Laurent Esso

Né sous le signe zodiacal du Lion, le 10 aout 1942 à Douala. L’intelligence rationnelle étant la principale caractéristique des personnes nées sous ce signe, elles savent toujours dominer les situations qui se présentent à elles.

Le succès leur sourit facilement en raison de la grande désinvolture dont elles savent faire montre en toute occasion. Magistrat depuis 1969, aujourd’hui classé hors échelle, Laurent Esso peut légitimement revendiquer l’aura d’un haut commis de l’Etat. C’est en mars 1982 que l’ancien Procureur général près la Cour d’Appel de l’Ouest à Bafoussam fait son entrée dans la haute sphère décisionnelle. Secrétaire du Conseil supérieur de la Magistrature depuis 1982, il est alors nommé Conseiller technique au Secrétariat général de la présidence de la République. En 1984, un décret présidentiel le nomme Conseiller spécial à la présidence de la République. L’année d’après, il devient le Chancelier de l’Université de Yaoundé. Paul Biya le rappelle au Secrétariat général de la présidence de la République comme Conseiller spécial, et en fait après le Directeur du Cabinet civil. Laurent Esso détient l’un des records de longévité au poste de directeur du Cabinet civil.

Depuis lors, il a grandi en estime auprès du chef de l’Etat. Son ascension dans les hautes sphères gouvernementales est fulgurante. Ministre d’Etat Secrétaire général de la présidence de la République en 2006, il a occupé d’autres postes ministériels de la plus haute importance. Il a été ministre de la Justice Garde des sceaux de 1996 à 1997, ministre de la Santé publique en 2000, ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense en 2001, ministre des Affaires étrangères en 2006. Laurent Esso redevient ministre d’Etat, ministre de la Justice Garde des Sceaux en décembre 2011.
L’homme est connu comme étant un personnage qui n’a de cesse de cultiver la discrétion qui reste pour lui d’un atout incommensurable dans la conduite des affaires de la République pour lesquelles la très haute hiérarchie délivre toujours des satisfécits. Garant de l'indépendance du pouvoir judiciaire, le Président de la République nomme les magistrats. Dans cette mission, il est assisté par le Conseil Supérieur de la Magistrature qui donne son avis sur les propositions de nomination et sur les sanctions disciplinaires concernant les magistrats du siège. Ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Laurent Esso est le Vice-président du Conseil supérieur de la Magistrature.
Ses attributions sont importantes, nombreuses et délicates qui touchent directement à la vie humaine. Il est chargé entre autres de la préparation des textes législatifs et réglementaires relatifs à la nationalité, aux règles concernant les conflits des lois, au statut des magistrats, à l'organisation et au fonctionnement de la Haute Cour de Justice, de la Cour suprême, du Conseil Supérieur de la Magistrature et à l'organisation judiciaire ; de la préparation des textes législatifs et réglementaires relatifs au statut des personnes et des biens, au régime des obligations et contrats en matière civile et commerciale (législation civile et commerciale), aux règles de procédure et de compétence devant toutes les juridictions civiles, au droit pénal général et spécial, à l'organisation des professions d'avocat et d'auxiliaire de justice , de l'instruction des dossiers de recours en grâce et de libération conditionnelle ,de la préparation et de la mise en œuvre de la politique pénitentiaire, il est notamment responsable de l'organisation et du suivi du fonctionnement des centres de détentions et des maisons d'arrêt ainsi que de la gestion des personnels relevant de l'administration pénitentiaire de la conservation et de l'apposition des sceaux de la République du Cameroun. Il préside les commissions de réforme législative, judiciaire et assure le fonctionnement des juridictions et la discipline des magistrats, greffiers et fonctionnaires relevant de son autorité. Il veille à la discipline des avocats et des auxiliaires de justice. Il assure la tutelle de l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire. Il veille aux principes généraux du système judiciaire consacré dans son indépendance par la Constitution que sont l'Egalité devant la Justice (nul ne peut être inquiété en raison de ses origines, de ses opinions ou croyances en matière religieuse, philosophique ou politique, sous réserve du respect de l'ordre public et des bonnes mœurs ; La non-rétroactivité des lois (nul ne peut être jugé et puni qu'en vertu d'une loi promulguée et publiée antérieurement au fait punissable), et la présomption d'innocence (tout prévenu est présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité soit établie au cours d'un procès conduit dans le strict respect des droits de la défense).
En dépit de nombreux procès d’intention dont il est victime de manière récurrente, et qui ont notamment trait à la prise en otage de l’institution judiciaire, au rôle jugé pernicieux qu’il aurait joué dans la conduite de l’ « Opération Epervier », et ce depuis le Secrétariat général de la présidence de la République du temps où il en était le patron, Laurent Esso a réussi à redorer le blason de la Justice camerounaise. Il avait averti : « La modernisation de la justice camerounaise est en marche dans tous ses segments, grâce à la haute impulsion du chef de l'Etat, président de la République, Son Excellence Paul Biya, et de l'important soutien de nos partenaires au développement. ». Lors du dernier Conseil supérieur de la Magistrature tenu à Yaoundé le 18 décembre 2014, la question de la discipline sur laquelle Laurent Esso est très pointilleux, en a été le point d’orgue. A l’issue de celui-ci, des magistrats indélicats ont été sanctionnés, tandis que d’autres ont été nommés ou promus. Laurent Esso entend désengorger les tribunaux avec la création des tribunaux tels que celui de Mendong, ou la construction d’un complexe de 16 étages pour abriter des salles d’audience. Le dernier Conseil supérieur de la Magistrature a été un excellent plaidoyer en faveur du toilettage de la Chancellerie destiné à lui donner un coup de neuf. Il a porté des fruits subséquents.

David Bebey Moukoury

  • 1 commentaires pour cet article
  • aboubakar
    aboubakar

    Ses qualités démontre que cet homme peut arriver au plafond j'admire ses qualités et sa façon de vivre en tout cas bon vent a lui

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de aboubakar aux administrateurs du site?

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac