Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Municipales 2013 - Commune de Douala IIIè: Oumarou FADIL paie-t-il le prix de sa fracture avec Manga Zang?

Cameroun - Municipales 2013 - Commune de Douala IIIè: Oumarou FADIL paie-t-il le prix de sa fracture avec Manga Zang?

L'assurance qui a prévalu au sein du rassemblement démocratique du peuple camerounais lors de la campagne électorale et même le projet communal que proposait le maire sortant de la commune d'arrondissement de Douala Ill éme, aux électeurs de cette circonscription électorale n'ont pas suffi à émouvoir les populations déjà révoltées.


Les résultats des municipales du 30 septembre 2013 dans la circonscription électorale Douala IIIème n'ont pas du tout laissé pantois les populations de cet arrondissement.

Le Social Democratic Front (Sdf) a évincé le Rdpc à la majorité relative, lui permettant de s'emparer du plus grand nombre- des sièges, soit 41 au total sur les 61 pourvoir. Il est suivi du Rassemblement démocratique du peuple camerounais avec 10 sièges, puis viennent le Mouvement pour la Renaissance (Mrc) du Cameroun avec 7 sièges et l'Union des populations du Cameroun (Upc) avec 3 sièges. Le portrait du maire sortant Rdpc, Oumarou Fadil ainsi que les promesses de ce dernier à l'issue de la campagne électorale du 30 septembre 2013, mis en exergue sur la porte d'entrée du site internet créé pour la circonstance, n'ont pas ébranlé les populations de cet arrondissement de Douala Illème.

Approchés,

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
ces derniers soulignent sans l'ombre d'un doute que les raisons de la débâcle du Rdpc dans la circonscription électorale de Douala III sont tout simplement liées, primo: à sa trahison envers son homme de main et leader politique, en la personne de Mange Zang, par ailleurs président de la section Rdpc de Wouri III.

Ils nous apprennent que ce dernier, en sa qualité de 1er adjoint au maire, a de tout temps été sur le terrain, travaillant en lieu et place du maire sortant, qui, en deux mandats, était inconnu de ses populations. « Au lieu de le remercier comme on pouvait s'y attendre, Oumarou Fadil a constitué sa liste de 61 en écartant celle de Manga Zang. Pour nous, on a considéré cette mise à l'écart comme la pire des trahisons! Politiquement, c'est une erreur impardonnable.

Voilà pourquoi, nous avons voté le Sdf», clament les militants Rdpc de cet arrondissement. Autre motif avancé, de cette désaffection de la liste du Rdpc de la commune est en rapport avec le bilan du maire sortant, Oumarou Fadil.

«Durant son dernier mandat, le gentlemen de la section Rdpc Wouri III, n'a malheureusement pas profité de son expertise en management pour mettre les populations de sa circonscription administrative au centre des décisions, leur permettant ainsi de s'impliquer davantage dans le développement communautaire, devenant des acteurs incontournables de leur propre émergence, pour un épanouissement factoriel tous azimuts, entre autres dans la santé, l'éducation, la culture», constatent les riverains de la mairie concernée et même dans les autres localités de l'arrondissement de Douala Illè.

Pour ceux-ci, l'on ne saurait oublier que nombreux sont les quartiers de Douala 3ème où manquent cruelle¬des routes viabilisées. «Sur l'axe Dakar-Brazzaville-St Bruno par exemple, l'on aperçoit à peine les couches de goudron. Les chaussées sont généralement envahies par les commerçants, les nids de poules ne se comptent pas. Cette situation comme il faut s’y attendre, perturbe considérablement la circulation, surtout à la tombée de la nuit, où l'éclairage public fait aussi cruellement défaut», énumèrent les usagers de la route.

Pourtant, nous confient les populations de cet arrondissement, dans son plan de campagne de 2007, la commune d'arrondissement de Douala IlIème entendait lutter contre le désordre urbain à travers l'aménagement d'espaces marchands et d'espaces verts, l'entretien de la voirie communale, l'éclairage public, la construction de six toilettes et trois postes de police, l'acquisition d'un groupe électrogène devant faciliter les interventions chirurgicales dans les hôpitaux de district, même pendant les coupures électriques, la construction des ponts dans les quartiers Oyack, Nyalla et Entrée Billes.«Des promesses non concrétisées, vous voulez dire! Juste du vent pour nous séduire. Il était temps qu'un changement s'opère à la tête de cette commune. Vraiment, il en était temps» ! s'exclament les habitants de Douala Ille.

En somme, dans plusieurs mairies de la métropole économique, les engagements pris n'ont pas été honorés. Comme pour dire que les fruits n'ont pas tenu la promesse des fleurs. Certains élus locaux n'ont jamais, au bout de 5 voire 10 ans, donné le moindre compte rendu des travaux du conseil municipal à la population. Encore moins financé un seul projet, à défaut de trouver des emplois aux jeunes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol à l'endroit de certains maires et députés du fait de leurs jongleries, coups bas et surtout leur gestion jugée catastrophique et même apocalyptique pendant leur mandature.

La lutte contre la prostitution, la délinquance juvénile et la corruption, la mise des voitures en fourrière dans certains quartiers, l'assainissement des services au sein des mairies, demeurent des combats non entamés. Au demeurant, ceux qui ont travaillé, ont mérité leur salaire par les urnes.

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac