Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun - Coin du droit: Le suicide ou la liberté de porter atteinte à sa vie

Cameroun - Coin du droit: Le suicide ou la liberté de porter atteinte à sa vie

Déraisonnable, mais pourtant vrai. Le 14 mars dernier en plein centre de la ville de Douala, un jeune homme d’une trentaine d’année se donne la mort dans un supermarché de la place.

Ce phénomène devenu monnaie courante dans notre société est juridiquement qualifie de suicide. Qu’en est-il exactement ? Peut-il être réprimé ?

Qu’est ce que le suicide ?
En sociologie, le suicide est définit comme « toute mort qui résulte médiatement ou immédiatement d’un acte positif ou négatif, accompli par la victime elle-même ». Mais en droit pénal, il a une signification plus restrictive. Il désigne l’homicide que l’on commet
Volontairement sur soi même. C’est un acte accompli en connaissance de cause, c'est-à-dire que la personne l’accomplit en sachant qu’il va la conduire à sa mort. Besoin d'aide juridique ? Contactez nous à info@237online.com Il est perçu comme un acte de lâcheté, destiné à échapper aux obligations de la vie.
Longtemps resté un sujet tabou, le suicide à pris de l’ampleur dans sa manifestation comme liberté. Dans les sociétés dites moderne, il est perçu comme une liberté. En l’occurrence

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
celle de porter atteinte à sa vie. Cette situation résulterait de l’émergence de libertés qui  a offert un champ d’action plus étendu à la volonté. En particulier lorsqu’elle ne fait pas l’objet de manifestations extérieures. Cette évolution s’est traduite par le désengagement du droit pénal donc la finalité est la  protection de l’intérêt général, de reconnaitre une liberté pour la personne de disposer de son corps.

Le suicide peut-il être réprimé ?
L’atteinte à la vie réprimée dans le Code pénal camerounais vise explicitement le fait de tuer « autrui » et en conséquence l’homicide sur soi ne tombe sous le coup d’aucune incrimination. C’est donc dire que  notre droit ne réprime pas le suicide. Plusieurs raisons peuvent justifier cette position.
La pertinence de la dépénalisation s’appuie en premier lieu sur les principes gouvernant les peines. Le principe de personnalité et d’individualisation des peines, corollaire du principe de la responsabilité personnelle implique que seule la personne déclarée responsable pénalement subisse une répression. En outre, les fonctions associées à la peine, telles que la prévention, la rétribution et la réadaptation se révéleraient inopérantes à l’égard du suicidé, car  la peine serait absurde contre un mort. Besoin d'aide juridique ? Contactez nous à info@237online.com
En second lieu,  la dépénalisation du suicide s’appuierait sur la confusion de l’auteur et de la victime opérée dans cet acte. L’individu ne pourrait être à la fois le sujet passif et actif d’une infraction, car il existe une distinction entre lésion consentie et auto-lésion. Et pourtant, l’intérêt à protéger la vie découlerait du fait que chaque individu a un rôle social à jouer, qu’il soit économique ou politique.

Estelle Djomba Fabo
Conseiller juridique
Besoin d'aide juridique ? Contactez nous à info@237online.com

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac