Next
Sport Pari 1xbet

De Condamnée à court terme à la résurrection : Mon miracle de la vie après une rencontre heureuse

De Condamnée à court terme à la résurrection : Mon miracle de la vie après une rencontre heureuse

Résumé : Cette lettre de remerciement parvenue à notre rédaction est l’expression de l’âme de la patiente Catherine freddie Mekong, 33 ans, mère de 4 enfants et fille du défunt chef de 3e degré de la communauté de Nkolnguet à Mfou, qui, après avoir frôlé la mort suite à un cancer diagnostiqué en phase terminale, mène aujourd’hui une vie presque normale grâce au soutien sans relâche de la société fipcam et de son administrateur général adjoint, Monsieur Muller Stéphane, qu’elle appelle désormais «papa».

Elle a personnellement tenu à faire ce témoignage car beaucoup de patients dans son état auraient perdu la vie ; ceci pour montrer les qualités à la fois humaines et citoyennes de cette entreprise qui manage avec magnanimité les relations sociales aussi bien au sein de la communauté de Nkolnguet et du département de la Mefou et Afamba dont elle est originaire, que dans d’autres régions du Cameroun dans lesquelles l’entreprise Fipcam exerce ses activités.


Mon témoignage : Après plusieurs années de maladie, c’est finalement le 1er juillet 2013 que le médecin m’informe que je souffre d’un cancer. Démoralisée et abattue par cette nouvelle, avec ma famille, nous avons commencé mais en vain pendant 4 années, la lutte contre cette vilaine gangrène qui a continué à se développer en moi de manière effrayante au point de me rendre handicapée et croulante sous le poids de la

douleur de nombreux abcès et plaies aux jambes et sur son corps qui ne guérissaient pas.


Déjà orpheline de mère, le décès de mon père sa Majesté Balla Balla Innocent, en septembre 2017 fut la goutte d’eau qui a débordé le vase sur le chemin de la vie, et m’a fait perdre tout espoir !!


Privée de réconfort, totalement épuisée moralement et financièrement, je ne pesais plus que 35 kilos, et en vérité, je n’avais qu’une envie et option vu mon aspect, « attendre la mort » !!


L’implication forte de la société Fipcam pendant l’organisation des obsèques de mon père m’a permis de rencontrer et de parler de mon lourd fardeau à la responsable sociale auprès de l’entreprise Madame Zongang Judith. Problème qui a eu un écho favorable auprès de la Direction Générale. C’est ainsi qu’informé et profondément touché par ma situation de jeune maman foudroyée par la maladie, malgré son calendrier de travail surchargé au quotidien, notre bienfaiteur et « mon autre père » Monsieur Muller Stéphane, administrateur général adjoint auprès de la société Fipcam a mis toutes les batteries en marche, afin qu’avec le suivi de ses collaborateurs, que ma prise en charge soit complète. 


Dès lors, face à cette véritable miséricorde divine à mon endroit, j’ai retrouvé le sourire, l’assurance et le courage de continuer le combat, et de rester en vie. Malgré la peur de la fatigue, des nausées et de la perte des cheveux, j’ai accepté d’affronter les séances de chimiothérapie dont les coûts très élevés et effectués par des médecins très professionnels sont entièrement pris en charge par la société fipcam, de même que toutes les ordonnances prescrites qui les accompagnent.


A côté de ce suivi médical qui ma vivifié, je continue aujourd’hui, sous instructions de la hiérarchie de la société Fipcam, à recevoir le soutient, le réconfort, l’encadrement permanent de toute l’équipe sociale (Judith ZONGANG, Valentin NDEDI de Serge BALLA l’infirmier, et de Brigitte la restauratrice qui veille à ce que mes repas soient disponibles).


Je suis si fière aujourd’hui d’avoir repris déjà 20kg en moins d’un an, je reprends progressivement gout à la vie que je prends désormais du bon côté. Je garde plusieurs bons souvenirs, notamment celui de ma participation aux côté de toutes les femmes de la société fipcam, à la célébration de la Journée internationale de la femme. Comme toutes les femmes j’ai reçu un pagne, des frais de couture et j’ai été invitée au buffet collectif prévu à cet effet. Ensemble, nous avons passé des moments de détente, de joie et de partage.


Moi, Catherine Mekong Freddie, j’ai souhaité que le présent témoignage soit ma façon de remercier et de montrer le vrai visage de cette entreprise citoyenne qu’est la fipcam dont mon village a la chance d’être riverain, pour tous les appuis sociaux qui y sont donnés en permanence. Particulièrement, mes remerciements vont à l’encontre de monsieur Muller Stéphane pour ses précieuses qualités humaines et professionnelles.


La Redaction

  • 2 commentaires pour cet article
  • Rabiatou
    Rabiatou

    salut

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de Rabiatou aux administrateurs du site?
  • EKODO JEANNE HORTENSE
    EKODO JEANNE HORTENSE

    le témoignage de cette jeune femme me conforte dans l'idée que Stéphane Muller est un homme qui a le coeur sur la main. Un papa pour ces enfants sans père.Mere célibataire de 4 enfants, licenciée à deux semaines seulement des rentrées scolaires 2015/2016,par une mère d'enfants, dame de ministre et enseignante d'université.Ce petit détail… Lire la suite

    Fermer
    Fermer
    Voulez-vous signaler ce commentaire de EKODO JEANNE HORTENSE aux administrateurs du site?

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac