Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Cameroun : ils réclament la démission de TCHIROMA

Cameroun : ils réclament la démission de TCHIROMA

Des réactions se multiplient sur la toile et autres medias pour appeler Issa TCHIROMA à démissionner ou à s’excuser pour avoir formellement remis en cause, et sans preuve, toute implication de l’armée dans la vidéo sur les exécutions.

C’est sans doute après un ouf de soulagement que l’animateur Claudy Siar a pris le soin de partager quelques-unes des réactions d’internautes qui ne jettent pas le pilori sur sa personne cette fois. Dans la mosaïque de celles-ci, Il y a le tweet de Jérôme, qui est des premiers à s’être exprimés après la sortie du porte-parole du Gouvernement camerounais « Des fois, les meilleures excuses résonnent comme la démission. Mais sait-on encore ce que signifie assumer ses responsabilités au pays de l'anormalité-énormité? » S’interroge-t-il sur son compte twitter. « "Treillis vert foret" "Montage sur MacBook" "Insignes non conformes" "Grossier décalage son image"... J'ai un dossier « Mali avec les captures des âneries de tous les zesperts qui tweetaient pour nous démontrer que la vidéo de la tuerie au Nord était un Fake. Un jour on va rire. » se réjouit Florian sur la même plateforme. C’est certainement avec un

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
courroux égal qu’Herbert s’est aussi lâché, il écrit « Les sabitout, n'oubliez pas de demander des excuses à Claudy_Siar. Il a voulu user de son influence pour porter ce combat vous l'avez traité de tout. » C’est par un « Le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier et finit par arriver. Présentez vos excuses à l'armée malienne, à Claudy_Siar et au peuple camerounais que vous avez dupé. » qu’Alain interpelle le Gouvernement camerounais ; autant le fait Remy Ngono sur son compte Facebook. On lit notamment « Le régime Biya avoue enfin que ce ses militaires sont les auteurs des exécutions sommaires des mamans avec leurs bébés. On attend la démission du vieux perroquet du ministère de la Communication qui disait que c'est " un fake news " monté par la diaspora et le Mali ». Dans la flopées des répliques, on en remarque qui charrient des journalistes d’investigation qui avaient prouvé par mille manières l’appartenance des soldats sur la vidéo à l’armée malienne « Et dire qu'il y a des pseudo journalistes d'investigation » qui, derrière leur « Macbook » ,ont soi-disant « analysé le relief en affirmant que les militaires avaient un « fort accent musulman » du Mali. Et Claudy_Siar qui s'est fait lyncher comme jamais par ces mêmes journalistes » ; c’est ad litteram ce que poste Moh Yanini ce matin. Le debat s’enflamme dans nombre de radio et télévisions camerounaises. A l’évidence, le communicant de Yaoundé avait, sans aucune preuve, claironné qu’« Il s’agit d’une autre manœuvre de désinformation grossière dont les faits projetés n’ont aucun rapport avec l’action menée par les forces de défense et de sécurité dans le cadre des missions qui leur sont confiées » quand fusaient les alertes relativement à la vidéo. Sans détour le MINCOM rassurait que ce n’était rien d’autre qu’une « conspiration manifeste » et une « malheureuse tentative de transfiguration de la réalité et d’intoxication du public ». Il ne s’est pas permis, à l’occasion, un message d’excuse ni à l’endroit de la République du Mali, ni à l’endroit de Claudi siar et autres. Au fil de sa note Tchiroma indique qu’ils seraient des « soldats égarés » si leur culpabilité est établie ; en publiant les noms des soldats indexés il prend la peine de saluer la bravoure et le professionnalisme de l’armée camerounaise. Entre démission, excuses, mise au point, injures, indifférence et tuiti quanti ; quelle est la clef du trousseau que TCHIROMA va saisir ?


Romulus Dorval KUESSIE, 237online.com

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac