Next
Le courant électrique tue. Faisons-y attention

Adhésion à l'OPEP: L'Arabie saoudite donne son onction à la Guinée Equatoriale

Adhésion à l'OPEP: L'Arabie saoudite donne son onction à la Guinée Equatoriale

Le gouvernement Equato-guinéen a annoncé le 10 mai dernier que sa candidature bénéficiait désormais du soutien du leader historique du cartel.

La Guinée Equatoriale pourrait devenir le 14e membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). La demande d’adhésion introduite en janvier dernier par le ministre Equato-guinéen des mines et des hydrocarbures, Gabriel Mbaga Obiang, bénéficie désormais du soutien d’un acteur de poids, qui laisse croire que le pays est en voie de réaliser son vœu de rejoindre le cartel au cours de cette année 2017. Dans un communiqué rendu public le jeudi 10 mai dernier, le gouvernement d’Obiang Nguema a annoncé avoir réussi à décrocher le soutien de l’Arabie Saoudite, quatre mois après avoir signifié son intention d’intégrer l’OPEP au siège du Cartel à Vienne le 20 janvier 2017. Même si le cartel n’a pas encore réagit officiellement à cette demande, le gouvernement considère ce soutien comme un atout considérable. Mais visiblement préoccupé par l'atteinte de ses objectifs au moment où le degré de hausse attendue du cours

Le courant électrique tue. Faisons-y attention
du baril n'est pas forcément au rendez-vous sur le marché international, traiter la demande de la Guinée Equatoriale semble ne pas être la priorité actuelle de l’OPEP. Premier producteur mondial en 2014 avec 11,75 millions de barils par jour, l’Arabie Saoudite représente à elle seule 35% de la production de l'OPEP et 13% de la production mondiale de l’or noir. Riyad est donc le leader historique dont l'avis compte, en règle générale, au plus haut point du cartel dans les décisions prises. Malabo est conscient du poids de son allié Saoudien et considère son admission comme acquise. Il faut l’approbation des autres membres, et que le cartel, à la reconquête de son influence d'antan sur les marchés internationaux, ne se penche sur les performances économiques du pays ces dernières années, pour ajourner l’examen de sa sollicitation. En 2016, le pays a affiché -5,7% de croissance et selon les différentes prévisions d'institutions internationales, il ne ferait pas mieux en 2017 où il a vécu entre mars et avril d'importantes pénuries de carburant. « Tout cela est la conséquence de la conjoncture pétrolière que le monde traverse ces dernières années, et qui a plongé le pays dans une récession sans précédent depuis 2014. L’économie Équato-guinéenne reposant essentiellement sur l’exportation du pétrole brut qui reste sa principale source de devises », indique un économiste. En 2014, la Guinée équatoriale était classée 32e producteur de pétrole au monde et 6e en Afrique avec environ 270 000 barils par jour, soit 0,35% de la production mondiale. Mais à cause de la chute drastique et continue du cours du baril, sa production a connu ces dernières années, une baisse importante. Elle est ainsi passée de 360 000 barils par jour en 2004, selon les données du département américain de l'énergie, à environ 165 000 barils par jour en 2015, d’après les chiffres de la Banque africaine de développement (BAD). Outre le soutien de l’Arabie Saoudite, la disposition de Malabo à s’aligner sur les objectifs de réduction de la production en vigueur au sein du cartel, l’OPEP milite également en faveur de son intégration. Le pays prévoit d’ailleurs une diminution de sa production de pétrole à 12 000 barils par jour. Avec des prévisions de rendement de 32,5 millions de barils par jour pour cette année, l’Opep reste la plus grande organisation intergouvernementale de producteurs de pétrole. Son rôle est de négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concession. En 55 ans d'existence, la Guinée Equatoriale serait, en cas d’avis favorable, le sixième pays africain membre de l’institution après le Nigeria, l'Angola, l'Algérie, la Libye et le Gabon.

Simplice Oyono

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires

Habari-cemac