Société

14 000 nouveaux cas de cancer enregistrés au Cameroun par an

Telle est l’information donnée par le ministre de la Santé publique, mardi dernier au cours d’une conférence de presse en marge de l’ouverture du 7 ème congrès Euro-Afrique de cancérologie qui s’est achevé hier à Yaoundé.
« Quel que soit le type, le cancer figure parmi les trois maladies les plus mortelles au Cameroun», a dit le ministre de la Santé publique, le 03 mai 2016 au cours d’une conférence de presse en marge de l’ouverture du 7e congrès Euro-Afrique de cancérologie. 237online.com Plus de 14 000 nouveaux cas sont enregistrés au Cameroun chaque année, selon André Mama Fouda. Parmi ceux-ci, on compte 1 400 cas de cancer du col de l’utérus, ainsi que plus de 2 000 femmes atteintes du cancer du sein. C’est pour tenter de trouver une solution à ce problème, que les cancérologues d’Afrique et d’Europe se sont réunis à Yaoundé les 04 et 05 mai 2016 dans le cadre du 7e congrès Europe-Afrique de cancérologie. Un évènement placé sous le haut patronage de Chantal Biya, l’épouse du chef de l’Etat. Il avait pour thème principal, «le cancer de la femme et de l’enfant». Le choix de ce thème se justifie par le fait que les femmes et les enfants sont les principales couches touchées par le cancer au Cameroun, même si les hommes y sont également affectés, selon le Pr Bernadette Ngo Nonga, cancérologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé. Selon les cancérologues, un dépistage précoce du cancer chez un patient permet de garantir le  traitement de ce dernier. Car, le cancer se soigne, selon le Pr Paul Ndom, cancérologue. «Beaucoup de personnes atteintes de cancer se font dépister tardivement, bien que celles-ci aient constaté quelques anomalies», regrette-t-il. La montée du nombre de patients atteints du cancer est selon le ministère de la Santé publique, le fait de l’ignorance de la population qui n’est toujours pas bien sensibilisée sur les moyens de contrôler ou de prévenir la maladie. A cela s’ajoute la pauvreté du fait du coût du traitement qui dépasserait les 1000 Euros, soit un peu plus de 650 000 FCFA, ainsi que certaines barrières culturelles. Par conséquent, environ 25 000 personnes vivent avec le cancer au Cameroun, tandis que plus de 8 000 personnes en décèdent chaque année de cette maladie, selon le Minsanté. Pour prévenir le cancer du col de l’utérus, le gouvernement a intégré depuis quelques années, le vaccin contre le «papillona humain» dans son Programme élargi de vaccination (PEV). Ce vaccin concerne uniquement des jeunes filles âgées de 0 à 9 ans. Le vaccin contre l’hépatite B, déjà gratuit pour les enfants de 0 à 5 ans est sur point d’être intégré dans le programme élargi de vaccination selon le ministère de la Santé publique. Pour ce qui est du dépistage et du traitement du cancer, qu’il soit du sein, du col de l’utérus, de prostate, du cerveau du sang et bien d’autres, des structures spécialisées sont en création au Cameroun. Des centres d’imagerie médicale existent dans les dix régions du pays. Ceux-ci disposent des mamographes permettant le dépistage du cancer du sein chez la femme. Cependant, le nombre de cancérologues semble faire défaut dans le suivi des patients, selon le Pr Doh Anderson, cancérologue. «Très peu de personnes s’intéressent à cette branche», a-t-il constaté. Des actions vont être entreprises pour capaciter les médecins généralistes, a-t-on appris des experts.

Jean Pépin Ndjo

Please follow and like us:
8k
fb-share-icon13589
251k
Pin Share20
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Twitter251k
Facebook14k
RSS15k
Follow by Email8k