Emprunt Obligataire

Cameroun: Ecrans noirs, 18 ans que ça dure…

L’édition 2014 de cette grand’messe du cinéma africain reprend samedi à Yaoundé. Un gouffre émotionnel entre religion et amour. Ingrédients du film d’ouverture choisi pour la 18e édition des Ecrans noirs.

« A la recherche du mari de ma femme », du marocain Mohamed Abderrahman Tazi, servira d’amuse-gueule à ce festin cinématographique qui s’ouvre samedi 19 juillet au palais des Congrès à Yaoundé. Les Ecrans noirs, ou comment bourlinguer à travers le continent sans modération, explorer des cultures, sillonner de nouveaux territoires. Ceci tout en restant sur son siège à l’Institut français du Cameroun (IFC), au Goethe Institut, entre autres sites de projection. Du suspense, du tragique, de la passion… Les réalisateurs africains ont la cote. Cette année, la programmation prévoit une cinquantaine de films, projetés à Yaoundé et à Douala.

L’interactivité est mise à profit au Boulevard du 20 Mai, village du festival, avec des conférences-débats où acteurs, réalisateurs et public pourront échanger. Les secrets de la longévité du 7e art marocain, et l’incroyable ascension de Nollywood sont en lumière, d’où le thème central du festival

: « Cinémas marocain et nigérian : quelle voie pour l’Afrique centrale ? »

Le 25 juillet, un colloque va décortiquer en profondeur cette interrogation. Et pour l’animer, des experts : Youma Fall, directrice de la Culture et de la diversité culturelle à l’Organisation Internationale de la Francophonie, Nourreddine Sail, actuel directeur général du Centre national du cinéma marocain, Victor O. Olatoye, coordinateur de la section USA de l’Association Nollywood Films Critics et Imunga Ivanga, directeur général de l’Institut gabonais. Les Ecrans noirs, ce n’est pas que film et parlotte. D’autres arts s’invitent avec le « Ciné Talent » qui met en compétition des jeunes dans les métiers de la danse et du mannequinat, etc.

Pour cette 18e édition, les films sont en compétition dans huit catégories, et une distinction principale qui est l’Ecran d’honneur Charles Mensah sera décernée. Qui remportera l’Ecran d’or du meilleur long métrage ? Le 26 juillet prochain, à la tombée des rideaux sur les Ecrans noirs 2014, le successeur du Sénégalais Moussa Touré et son film « La pirogue » (Ecran d’or 2013), restera gravé à jamais dans les mémoires du festival.

Ajouter un commentaire avec facebook

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Validez votre Email une unique fois. Pas de commentaire tribal, violent, injurieux, diffamatoire, raciste, antisémite, négationniste, obscène ou publicitaire ici. Merci!

Haut de page

Partenaires